Ligue des champions: Simeone et l’Atlético, l’éternelle remise en question

Ligue des champions: Simeone et l’Atlético, l’éternelle remise en question
Reuters

Humilié 4-0 par le Bayern Munich à l’aller, l’Atlético Madrid a entrepris de profonds changements pour redevenir un prétendant à la Liga et retrouver son niveau en Ligue des champions, où il espère valider son ticket pour les 8es mardi face aux Bavarois (21h00).

Le sorcier Diego Simeone a encore frappé : mis en doute la saison passée avec des résultats mitigés et un jeu brouillon, l’entraîneur argentin de l’Atlético a métamorphosé l’animation de son équipe cette saison, pour en faire une machine à gagner aussi efficace en défense qu’en attaque.

Réputés pour leur défense imperméable, les « Colchoneros » proposent désormais un jeu offensif séduisant, rythmé, constitué de passes courtes redoublées et de débordements latéraux.

Même si les progrès se sont surtout concrétisés après la déroute subie le 21 octobre à Munich, la transformation de l’identité de jeu de « l’Atleti » est plus ancienne.

« De gros progrès »

« Il y a eu de gros progrès depuis le mois d’avril, depuis le match merveilleux de Liverpool », lorsque l’Atlético avait dominé les Reds en mars en huitièmes de finale de C1 (1-0, 3-2 a.p.), a relevé Simeone après le succès maîtrisé 1-0 samedi à Valence (1-0).

« Le retour en Liga avait été très bon, et l’équipe commençait déjà à montrer des signes encourageants. (Ces résultats), c’est la conséquence de la progression de tous les footballeurs », a-t-il analysé.

Pourtant, rien n’était gagné d’avance pour « El Cholo » Simeone, qui a conclu l’exercice 2019-2020 avec une défaite surprise en quart de finale de Ligue des champions face à Leipzig (2-1) en août à Lisbonne, et une 3e place durement arrachée en Liga.

Car le technicien argentin, en poste depuis 2011, a dû composer avec un calendrier surchargé et des défaillances en série.

Diego Costa, qui revenait tout juste d’une lésion musculaire à la cuisse gauche, a de nouveau rejoint l’infirmerie pour une phlébite profonde à la jambe droite. Et la recrue-star de l’été, Luis Suarez, est toujours écarté en raison d’un test positif au Covid-19 avec la sélection uruguayenne.

Mais malgré ces obstacles, Simeone a fait confiance aux jeunes (le prodige Joao Felix, puis Marcos Llorente, Angel Correa, Renan Lodi…) et a relancé des joueurs oubliés sur le banc depuis trop longtemps, comme l’international français Thomas Lemar, titulaire samedi à Valence et auteur de l’une de ses meilleures prestations sous le maillot madrilène.

Et même si Simeone et les « Rojiblancos » ont profondément remanié leur style de jeu depuis le printemps, avec une attaque moins monotone et plus séduisante qu’auparavant, la solidité de leur rideau reste dans leur ADN : avec seulement deux buts encaissés depuis le début de la Liga, l’Atlético dispose de la meilleure défense d’Espagne.

Malgré les absences sur blessures de Sime Vrsaljko, Lucas Torreira et Manu Sanchez (tous à vocation défensive), Simeone a réussi à conserver l’étanchéité de l’édifice rojiblanco.

Le Bayern sans ses stars

Depuis le début de la saison 2020-2021, seules deux équipes ont réussi à planter plus d’un seul but dans un match à l’infranchissable gardien de but slovène Jan Oblak : Salzbourg (3-2 le 27 octobre), et… le Bayern Munich (4-0), le 21 octobre.

Face au champion d’Allemagne et d’Europe en titre, la différence de niveau avait été plus flagrante au tableau d’affichage que sur la pelouse, fin octobre. Mais la tâche ne sera pas facile pour autant mardi pour les Colchoneros, qui chercheront à confirmer leur qualification pour les 8es de finales de la C1.

Circonstance favorable : le Bayern, déjà qualifié, fera le voyage sans de nombreux cadres laissés au repos à Munich, comme Manuel Neuer, Robert Lewandowski, Leon Goretzka ou encore Corentin Tolisso.

Mais attention toutefois, car le Bayern garde un enjeu symbolique au stade Metropolitano : une défaite ou un nul à Madrid mettrait un terme à la série de 15 victoires consécutives en Ligue des champions du Bayern, le record absolu de l’épreuve.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous