Frank Vandenbroucke réagit à la polémique: «Nous étions dans une réelle situation d’urgence»

Frank Vandenbroucke réagit à la polémique: «Nous étions dans une réelle situation d’urgence»
Photo News

Le ministre de la Santé est dans la tourmente depuis qu’il a déclaré vendredi soir que la fermeture des commerces avait été décidée pour créer un « électrochoc » au sein de la population plutôt que pour ralentir la propagation du virus. Plusieurs politiques ont réagi, notamment au MR. A l’issue de la réunion du parti, Denis Ducarme le confirmait : « J’ai parlé d’autosatisfaction de la part de Frank Vandenbroucke, je maintiens. Nous avons évoqué tout cela ce lundi matin. Je pense au fameux « choc psychologique », à son air ravi en conférence de presse vendredi soir, un peu comme s’il annonçait des mesures excellentes… Ça fait beaucoup. Il y a la tonalité personnelle, qui est problématique. Aussi, de sa part, une imperméabilité aux enjeux économiques et psychosociaux, problématique à son tour. »

Ce lundi, Frank Vandenbroucke se défend : « Pour les commerces touchés, ce fut en effet une décision très difficile, que nous n’avons pas prise de gaieté de cœur. Nous comprenons tout à fait que l’on nous demande de justifier cette décision. Le 30 octobre, nous étions dans une réelle situation d’urgence, comme expliqué dans les avis que nous avions alors reçus du RAG et de la Celeval. Il était nécessaire de prendre des mesures qui allaient réduire rapidement et au maximum le nombre de contacts et de déplacements, et qui rendraient les risques de contaminations les plus faibles possibles. C’est pourquoi nous avons décidé de fermer les commerces non essentiels. Le Risk assessement group était d’avis qu’il fallait décréter l’état d’urgence sanitaire. » a réagi le cabinet du ministre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous