Accueil Économie Agriculture

Le cacao a toujours un goût amer pour les producteurs

Une surprime à la tonne a été convenue entre la Côte d’Ivoire et le Ghana et les grands groupes chocolatiers. Mais certains essaient déjà de la contourner. Des ONG, dont Oxfam, dressent un Baromètre Cacao 2020 pas vraiment reluisant.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

La période de fin d’année est l’une des plus propices à la consommation de chocolat. Pourtant, de l’autre côté de la planète, dans les pays producteurs de cacao, l’ambiance n’est pas à la fête alors que la nouvelle campagne de récolte a débuté en octobre dernier. Le cru 2020-2021 s’annonçait pourtant sous les meilleurs auspices, puisqu’il voit entrer en vigueur la prime dite de « différentiel de revenu décent » (ou LID en anglais). Il s’agit d’un bonus de 400 dollars par tonne de cacao vendue par les producteurs de Côte d’Ivoire et du Ghana. Ces deux pays produisent à eux seuls 60 % des fèves consommées dans le monde (environ 2,9 millions de tonnes sur un total de 3,5).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Agriculture

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs