Accueil Culture Musiques

Julien Tassin: «Je ne cherche pas la mélodie, elle doit venir d’elle-même»

« Moondancer » et « Pictures from home » : deux albums, le premier en trio, l’autre en solo, pour le guitariste belge. La musique n’est peut-être plus sur scène, mais toujours dans nos oreilles. Pour nous enivrer.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 5 min

A l’écoute de Moondancer, la première chose qui me frappe, c’est la sonorité de la guitare. Très années 60. Le son clair des Shadows. Légèrement réverbéré. Je me sens revenu à mon adolescence à absorber, émerveillé, les notes de la Fender de Hank B. Marvin, avec ici, cependant, un groove plus jazz. Par la suite, j’ai évolué et aimé bien d’autres groupes, de blues, de rock, de jazz, mais je n’en ai pas moins conservé un souvenir ému de ces Ombres, que j’avais réussi à voir aux Beaux-Arts de Bruxelles qui étaient loin de s’appeler Bozar à l’époque.

Julien Tassin et son danseur à la lune m’injectent une forte dose de nostalgie. Mais il n’y a pas que ça dans sa musique. Si elle est inscrite dans la tradition, elle explore aventureusement les formes contemporaines du jazz et même d’autres musiques.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs