Lancement d'une startup qui gère les successions à distance

La plupart des Belges pensent, à tort, qu'il faut se rendre chez le notaire à la suite d'un décès. "Or, la réalisation d'une déclaration de succession (document obligatoire à remettre au fisc et permettant le calcul des droits de succession) n'est pas un acte notarié", souligne Legacio.

Les familles "doivent souvent payer des frais importants sans vraiment savoir pourquoi, alors que, dans 85% des cas, les procédures à suivre sont relativement simples et ne nécessitent aucun acte notarié", souligne Boris de Vleeschouwer, responsable juridique chez Legacio, reconnaissant toutefois que "le notaire garde un rôle essentiel dans une multitude de cas nécessitant un accompagnement approfondi".

Pas de prise de rendez-vous ni d'attente; juste un coup de téléphone et la signature d'un mandat à distance, promettent les trois jeunes entrepreneurs à la tête de la startup. En outre, des tarifs forfaitaires et aucun pourcentage sur l'héritage traité, insistent-ils. 

L'entreprise vient de finaliser un premier financement de 125.000 euros auprès d'investisseurs privés issus, entre autres, du secteur des pompes funèbres et de l'e-commerce.

L'objectif est de s'établir d'abord en Belgique francophone, et investir ensuite, "d'ici quelques mois", en Flandre. Dans un troisième temps, une levée de fonds dans un an pourrait permettre de développer l'activité en France et aux Pays-Bas.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous