Paddock: deux mythes belges en un livre

@DR
@DR

À quoi ça tient, une vie, une carrière, un destin ? Chez Benoît Deliège, les vacances chez sa marraine à l’époque des culottes courtes, ont joué un rôle important.

« Chaque année, à l’époque des vacances de juillet, j’avais droit au même rituel. Ma marraine m’emmenait à Francorchamps au moment des 24 Heures. En milieu de semaine, on empruntait le circuit avec sa Coccinelle. On passait devant les stands où les équipes commençaient à s’agiter. Tout au long des 14 km du circuit, des gens plaçaient des ballots de paille aux endroits dangereux. Quand les essais commençaient, on s’installait dans la tribune en face des stands. Imaginez ce qu’un tel spectacle pouvait procurer au gamin de 6 ou 7 ans que j’étais. De ma chambre à Cockaifagne, j’entendais les voitures ronronner. Des souvenirs gravés à jamais. »

Régulièrement, Benoît Deliège a nourri son enfance et son adolescence des grands événements qui attiraient des milliers de Belges sur le joyau ardennais : 24 Heures et Grand Prix moto, F1, 1000 Km…

Pourtant, le jeune homme n’a pas tenté de s’intégrer à ce milieu à l’heure des choix. « J’ai fait des études de graphiste à Saint-Luc sans pratiquement jamais avoir des cours de peinture », explique-t-il. « Ensuite, j’ai travaillé comme… graphiste pendant un long moment. C’est à la demande de l’organisateur du rallye des Hautes Fagnes qui m’a commandé l’affiche de son épreuve que j’ai pris les pinceaux. Par la suite, j’ai reçu plusieurs demandes du même genre. Voilà une douzaine d’années que je vis de ce métier. »

Outre les toiles, notre interlocuteur édite aussi régulièrement des livres : une dizaine en une décennie. Celui qu’il vient de publier fait grand bruit.

« À la base, je pensais réaliser un portfolio sur les courses auxquelles Jacky Ickx a participé à Francorchamps. Mais il y a tellement à écrire sur le sujet ! Pensez que sur les 30 courses qu’il a disputées sur le toboggan ardennais, il a décroché dix victoires et est monté une fois sur deux sur le podium. Jacky y a signé des exploits retentissants notamment aux 1000 Km en 1967 et 1968 où, sous la drache, il a collé 30 secondes à ses poursuivants. Jacky a aussi vécu des drames dont il n’est pas responsable dont l’accident qui a causé la mort de Stefan Beloff dans le Raidillon en 1985. Pour relater ces faits, j’ai fait appel à Alain van den Abeele, talentueux journaliste de la RTBF radio. Alain a suivi l’essentiel de la carrière de Jacky. Sa plume est aussi agréable que sa voix. »

Pour réaliser ce livre de 224 pages, Benoît Deliège a consacré une bonne partie de quatre années de sa vie.

« Rechercher les photos prend un temps considérable. J’ai aussi illustré le livre de 36 peintures inédites dont certaines m’ont pris une semaine. De par mon métier original, je me suis aussi occupé de la mise en page. »

Le résultat est à la hauteur de l’énergie dépensée.

Francorchamps Formule Ickx coûte 49 €. Disponible en librairie, on peut aussi le commander chez l’auteur (info@benoitdeliege.be).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous