Écoles: la rentrée de janvier en code rouge, les vacances de Carnaval pas prolongées

belgaimage-167513684-full

À quelques jours des congés de fin d’année, la Ministre de l’Éducation Caroline Désir vient de communiquer des perspectives précises pour le début 2021 aux personnels de l’enseignement mais aussi aux élèves et aux parents « qui ont tous fait preuve d’une remarquable force d’adaptation depuis le début de cette crise ».

La reprise de cours en janvier

Une certitude, quoi qu’il arrive d’ici là, l’école reprendra bien en code rouge le 4 janvier. Ce qui signifie ? Le respect d’une série de mesures d’hygiène strictes pour les niveaux maternel, primaire et 1ère / 2ème secondaires. En dehors de cela les cours s’y donneront en présentiel comme aujourd’hui. Pas de changement donc.

Pas de changement non plus pour les élèves des 3ème, 4ème, 5ème, 6ème et éventuellement 7ème secondaires, ce qui signifie que l’hybridation (50 % de cours en distanciel et 50 % en présentiel) restera d’application.

Tout ceci est valable du 4 au 15 janvier minimum. « Cette solution s’inscrit dans une optique de prudence sanitaire et de stabilité pour les équipes, explique la ministre Désir. « Une évaluation sera faite, avec les experts sanitaires, durant la première quinzaine de janvier afin de suivre au plus près l’évolution de l’épidémie et de préparer le retour de l’ensemble des élèves en présentiel dans des conditions optimales de sécurité ».

Les congés de carnaval

On se souvient que l’allongement du congé de Toussaint a permis de « remettre à jour le système éducatif, notamment parce qu’il était conjugué aux mesures de confinement strictes adoptées parallèlement par le Codeco ».

Il fut question un moment de rééditer l’expérience avec le congé de Carnaval (en le prolongeant d’une semaine). « A ce stade, rien n’indique que le contexte sanitaire nécessitera de prolonger ce congé. Dès lors, il n’est à l’heure actuelle pas opportun, ni d’un point de vue épidémiologique, ni sur le plan de la continuité des apprentissages, de modifier la durée de ce congé. Ce constat est partagé par les experts sanitaires ».

Constat confirmé aussi par les chiffres. Selon le Segec (le secrétariat de l’enseignement catholique) : le nombre d’enseignants absents pour maladie ou quarantaine poursuit sa descente (5 % contre 6 % la semaine dernière et 26 % fin octobre). Même tendance pour les élèves absents, à l’exception des enfants de 1ère et 2ème maternelles où 18 % étaient absents en ce début de semaine, une situation probablement liée à la volonté des parents de les garder à la maison.

Prudente, la ministre Désir annonce : « Si les conditions épidémiologiques devaient s’aggraver après les vacances de fin d’année, la décision pourrait être réévaluée sur base des retours de terrain, des avis des experts sanitaires et des mesures prises dans le reste de la société ».

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous