Accueil Monde France

Décès de Valéry Giscard d’Estaing, l’homme qui voulait moderniser la France

Le troisième président de la Ve République s’est éteint à l’âge de 94 ans. Il avait mené des réformes modernisant la France et avait œuvré pour la construction européenne.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 6 min

La scène remonte à huit ans déjà. François Hollande, tout juste élu en 2012, se rend en scooter dans le seizième arrondissement de Paris. Ce qui ne devait être qu’une visite de courtoisie à Valéry Giscard d’Estaing se transforme en rendez-vous testamentaire. « Il pourrait advenir que je meure pendant votre mandat », lui confie VGE. L’ex-locataire de l’Elysée lui livre ses consignes. « Je ne veux aucune cérémonie officielle, aucun hommage de l’Etat. » Emmanuel Macron honorera-t-il la promesse faite alors par François Hollande ? Valéry Giscard d’Estaing s’est éteint ce mercredi 2 décembre. Il avait été admis mi-novembre à l’hôpital de Tours pour une infection pulmonaire. Il était âgé de 94 ans.

La « société moderne »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par d dsti, jeudi 3 décembre 2020, 10:10

    Le Français moyen n'aime pas les hommes trop intelligents. Le belge et l'américain moyen non plus. Attention Macron...

  • Posté par Pirotte Raymonde, jeudi 3 décembre 2020, 11:36

    C'est EXACTEMENT ce que j'allais écrire TROP intelligent mais pas assez pour le "cacher" ses réformes ont été exceptionnelles; je crains que Macron ne sache pas non plus "cacher" son intelligence EN PLUS - De Gaulle exigeait (enfin espérait) que ses collaborateurs auraient la "baraca"...tout le contraire pour Emmanuel Macron LE PIRE quinquennat : gilets jaunes, Covit etc...: j'espère pour lui - qu'il ne se représentera pas et subir le harcèlement de types comme France insoumise...

  • Posté par Germay Bernard, jeudi 3 décembre 2020, 9:26

    Grand président, modernisateur, injustement mal-aimé.

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , jeudi 3 décembre 2020, 8:19

    Terrible ombre au tableau dithyrambique que l'on ne manquera pas de dresser à son sujet: le refus de grâce pour Christian Ranucci qui fut guillotiné alors que de multiples doutes existaient quant à sa culpabilité. Et le doute doit toujours profiter à l'accusé, a fortiori lorsque la sanction est la mort ! Giscard , du haut de sa conception monarchique du pouvoir, n'a rien voulu entendre et a laissé se commettre l'une des pires erreurs judiciaires. L'émotion légitimement soulevée par le meurtre d'une fillette ne pouvait justifier qu'au nom de la paix sociale l'on tue un probable innocent. Les enquêtes très fouillées réalisées plus tard ont amplement démontré l'absence de preuve de la culpabilité de Christian Ranucci. Giscard n'a jamais à cet égard exprimé la moindre regret, la moindre interrogation...

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , jeudi 3 décembre 2020, 13:15

    @onckelinx daniel. Malheureusement vous vous trompez sur 2 points. 1) en 1981 VGE n'est plus député et donc n'a pas voté l'abolition de la peine de mort à l'Assemblée Nationale. 2) lors d'un entretien sur Fr2 en octobre 2010, Giscard s'exprime clairement au sujet de Ranucci et dit qu'il ne regrette pas de lui avoir refusé sa grâce. Et il a ajouté au cours de cet entretien qu'il aurait probablement maintenu la peine de mort s'il avait été réélu en 1981. On ne peut être plus clair.

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs