Décès de Valéry Giscard d’Estaing: Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national

Décès de Valéry Giscard d’Estaing: Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national
Reuters

Le président français Emmanuel Macron a décrété jeudi un jour de deuil national mercredi en hommage à l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, « figure centrale de l’histoire de notre République », décédé la veille à l’âge de 94 ans.

Dans une adresse aux Français, le chef de l’État a précisé que l’ancien président et sa famille ne souhaitaient pas, « par pudeur », un hommage national, contrairement à celui qui avait été organisé pour l’ancien président Jacques Chirac en 2019.

« Le 2 février prochain, jour de sa naissance, un hommage solennel sera organisé au Parlement européen de Strasbourg », a ajouté M. Macron.

Le chef de l’État a précisé que « les Français qui le souhaitent pourront écrire quelques mots d’hommage dans nos Mairies et à Paris, au Musée d’Orsay, ce haut lieu de culture que nous lui devons ».

Des obsèques dans l’intimité familiale

Les obsèques de « VGE » se dérouleront samedi « dans la plus stricte intimité familiale » à Authon, dans le centre de la France, où il possédait un château.

« J’appartiens à une génération qui est née sous sa présidence et qui sans doute n’a pas toujours mesuré à quel point Valéry Giscard d’Estaing avait pour elle changer la France », a témoigné Emmanuel Macron, né en 1977, soit trois ans après l’élection de « VGE ».

Il a notamment cité « la défense des femmes et leur promotion à de hautes responsabilités, le divorce par consentement mutuel, la majorité civile à 18 ans, l’interruption volontaire de grossesse ». « Si nos vies sont plus libres, c’est aussi à son courage et à son audace que nous le devons », selon lui.

Le président défunt « a présidé à une profonde mutation de notre pays, passant d’une large période d’après-guerre et des Trente Glorieuses à des temps de défis et de rude concurrence mondiale. Il a fait entrer la France dans une modernité sociale, institutionnelle mais aussi dans une Europe en plein élan, dans une mondialisation en plein essor qui vivait déjà ses premiers déséquilibres », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous