Accueil Société

La nouvelle vie des terrils carolos

Tirés de leur somnolence verte, les terrils du Pays Noir vont s’inscrire au centre de nouveaux quartiers ou de nouveaux projets économiques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Un bâtiment peut connaître plusieurs vies selon la fonction qu’on lui assigne, un lieu aussi. Les terrils, ces montagnes d’un plat pays, qui sillonnent ces veines de charbon du Borinage jusqu’à Liège, ont d’abord suscité le rejet, derniers témoins d’une époque révolue, dure et sale. Ces cônes noirs symbolisaient la morosité qui suivit la fermeture des charbonnages. Puis, petit à petit, les habitants se les sont réappropriés, conscients de leur importance dans le paysage et de ce qu’ils disaient du passé. Les terrils se sont colorés (de vert principalement), devenant des lieux de balades et de découvertes naturelles. Leur deuxième vie pouvait commencer. Désormais, à Charleroi, ils sont prêts à entamer leur troisième mue. Celle qui doit leur redonner une utilité.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par GEORGES Jean, vendredi 4 décembre 2020, 16:10

    Pourquoi ces terrils ne sont pas retirés du paysage quand on sait que pour construire sa maison, l'on est refusé si l'on retire qqs cm de terre du niveau naturel ou que le profil est modifié?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs