Accueil Société

Pour les fêtes, les gîtes font grise mine

Alors que les vacances de Noël pointent leur nez, sans guère d’espoir de pouvoir voyager sereinement à l’étranger, la situation des gîtes et chambres d’hôtes est plus mitigée que ce que l’on aurait tendance à croire…

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 5 min

Les fêtes de fin d’années s’annoncent, et l’absence de perspectives pour passer Noël à l’étranger pourrait inciter bien des Belges à rester au pays, notamment dans des hébergements de terroir, comme ce fut le cas pleinement cet été. Mais si la saison estivale a été dense, il semble que ce sera moins le cas cet hiver. Bénédicte et Stéphane Cornet gèrent La Lisière à Pallenge, sur les hauteurs de Durbuy, en pleine verdure, soit trois chambres d’hôtes 4 épis, un gîte 3 épis et une confortable « cabane ». « Après trois mois de fermeture, ce fut le rush en juin, et surtout juillet, août et septembre », commente Stéphane. « Octobre a aussi été un mois correct, jusqu’à la mi-novembre. Décembre devrait être logiquement un gros mois, avec les marchés de Noël dont celui de Durbuy, très connu. J’ai quelques réservations, mais c’est plus calme qu’une année normale où tout est rempli. Décembre est normalement le troisième mois de l’année.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs