Accueil Monde Union européenne

Union européenne: Pologne et Hongrie ne fléchissent pas, malgré une semaine de rebondissements

Après une semaine plus que mouvementée, les rapports de force ne semblent pas avoir changé quant au veto de Varsovie et de Budapest sur le budget européen et la relance post-covid.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Dans le rapport de force entre la Pologne et la Hongrie et les 25 autres pays de l’UE sur la possibilité de lier l’octroi des fonds européens et le respect de l’état de droit, on aurait pu croire que la semaine qui s’écoule aurait eu un large impact. Que de rebondissements, en effet. D’abord avec les révélations de la participation d’un proche du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, l’eurodéputé József Szájer, à une partie fine entre 25 hommes à Bruxelles. Outre la violation des règles de confinement belges, cet événement mettait le gouvernement Orban face à ses contradictions, lui qui n’a fait, avec l’aide de József Szájer, que restreindre les droits fondamentaux des LGTBI+.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 6 décembre 2020, 12:35

    Nos moeurs et lois en la matière définissent elles une vérité universelle? Nous en sommes fermement convaincus. Et d'autres sont fermement convaincus du contraire. D'une façon plus générale, c'est tout le problème des relations entre civilisations différentes, par exemple l'Asie et l'occident. Qui a raison?

  • Posté par Marlier Jacques, samedi 5 décembre 2020, 18:09

    Je fais partie de ceux qui considèrent inacceptables les positions de la la Pologne et de la Hongrie, mais je comprends la "pique" qu'adresse la Pologne aux Pays-Bas. En effet, les Pays-Bas jouent au père moralisateur en matière financière auprès des pays du sud... tout en tirant apparemment un solide profit de certaines politique fiscales douteuses. (La Belgique ne ferait pas mieux, semble-t-il, mais cela n'excuserait en rien les Néerlandais)

  • Posté par Staquet Jean-marie, samedi 5 décembre 2020, 18:20

    Ceci est au moins une réaction acceptable qui témoigne d’un avis fondé sur un minimum de réflexion.

  • Posté par Vary Monique, samedi 5 décembre 2020, 15:07

    EU Observer se trompe largement. Visiblement il ne voit que certains média, car ici tout le monde en parle des frasques de Jozsef Szajer. Et contrairement à ce que vous dites, la presse de l'opposition n'est pas muette, elle intéresse surtout les nostalgiques du bon vieux temps où l'Etat s'occupait de tout et des jeunes qui se figurent qu'à l'ouest "on rase gratis". Ce que j'entends: " avec l'argent de l'Europe nous aurons de meilleurs salaires et pensions" L.. État de droit ne les intéresse pas. Le mur antimigrants à été apprécié. Ils détestent ceux qui critiquent la Hongrie car ils ont un sentiment patriotique exacerbé (compréhensible après des centaines d'années d'occupation par les Turcs, autrichiens et russes) Il y a, bien entendu des choses à corriger ( comme chez nous) mais orban, le mauvais élève, pourrait avoir raison sur certains points. Qui peut lui jeter la pierre ? Que devient notre démocratie ?

  • Posté par Staquet Jean-marie, samedi 5 décembre 2020, 15:43

    Manifestement, vous connaissez le pays comme moi... Entre connaisseurs, on peut parler. Je ne trouve pas que le sentiment national soit exacerbé chez les Hongrois. Ce sont surtout des gens très particuliers qui se définissent comme des Européens venus d’Asie on ne sait trop pourquoi... Leur caractère particulier et leur atavisme asiatique les rend en fait très lunatiques. Je dirais plutôt qu’ils oscillent entre un amour grandiloquent de la patrie ( mais pas agressif envers l’étranger) et du passé glorieux et une espèce de négativisme et d’autocritique parfois incompréhensibles. Pour ce qui est des occupations, faisons attention : l’histoire populaire hongroise faisait de la Hongrie une terre occupée par les Autrichiens mais toute personne sérieuse sait que les ... siècles d’histoire commune sont un peu plus « nuancées ». En fait, ce sont les Hongrois qui avaient les clés de l’empire en réalité, ils avaient leurs propres « colonies » et s’ils l’avaient voulu, ils auraient mis fin à ce partenariat, et l’empire d’Autriche se serait effondré immédiatement comme il a fini par le faire d’ailleurs. En Roumanie et en Slovaquie, personne ne se souvient des Hongrois comme de gens « colonisés par les Autrichiens » lol. Les relations avec la Turquie sont, comme la question rom, très ambivalentes: il y a un rejet de la religion musulmane mais d’un autre côté, les relations avec la Turquie sont excellentes et recherchées, la culture turque et tout ce qui vient d’Asie en général est très valorisé. Génétiquement parlant, un Hongrois sur 4 est d’origine turque... comme plus d’un sur 5 est d’origine rom. Bref, les Hongrois, c’est comme le hongrois: c’est compliqué. Et plus je les connais, plus j’en apprends et plus ça se complique. Et plus les simplismes m’énervent. On finit par oublier qu’ils ont toujours tout fait pour être le pays du Pacte de Varsovie qui entretenait le plus de relations avec l’Ouest, ils ont toujours cherché à ne jamais perdre le contact avec l’ouest et ont joué un grand rôle dans la dislocation du pacte de Varsovie. Pareillement, ils ont toujours cherché à maintenir les liens ancestraux avec l’Asie et honnêtement, la connaissance des langues étrangères en Hongrie est très bonne comparativement à celle de certains donneurs de leçons. Pas mal pour des gens « fermés ». Pour conclure, Orban n’est pas ma tasse de thé mais quand je vois certains « pro-ouest » bien comme il faut parler de se tourner vers l’avenir, ne pas traîner sur le passé, etc., j’ai tendance à assez vite deviner que leurs parents voire eux-mêmes étaient membres voire cadres du Parti communiste et qu’en effet c’est mieux pour eux de passer à autre chose, alors qu’Orban lui a été arrêté par les communistes... Certains tant en Hongrie qu’ailleurs sont vachement gonflés et feraient bien de parler sur un autre ton, et ne pas oublier qu’une personne sur deux que vous croisez dans la rue en Hongrie a encore très bien connu le communime et qu’il y en a dans le tas qui ont été torturés... historiquement, tout ça est très récent.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs