Accueil Société

Les fritkots, derniers remparts contre la sinistrose

Avec la fermeture de l’Horeca, les baraques à frites sont l’un des derniers endroits où se faire servir un repas chaud. Tout en profitant d’un contact humain chaleureux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

En plein cœur de la Cité ardente, les voitures défilent le long du quai Gloesener. Alors que certains roulent à vive allure, d’autres à l’inverse ralentissent à la vue de deux baraques aux couleurs vives et aux guirlandes clignotantes. Ils sont d’ailleurs plusieurs à se laisser tenter par l’appel de la frite et autres gourmandises de chez Jean Bush.

Sur le bas-côté, les véhicules s’arrêtent. Les conducteurs sortent, happés par les effluves de friture. Les enfants, eux, attendent sagement, mais impatiemment dans la voiture le retour du parent. Le visage collé à la vitre pour ne rater aucune miette du spectacle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Jean Luc, samedi 5 décembre 2020, 13:21

    "... pas question de déguster son cornet de frites ACCOUDER sur la table haute ou ASSIS sur l’un des bancs mis à disposition..." - Tiens, ça ne devrait pas être "pas question de déguster son cornet de frites ACCOUDER sur la table haute ou ASSOIR sur l’un des bancs mis à disposition"? Chkroi kva falu ke jrevoyè ma konjugézon.

  • Posté par Gobled Gérard, samedi 5 décembre 2020, 10:10

    Je préfère nettement les termes "friterie" ou "baraques à frites" que le terme utilisé dans le titre de cet article : "fritkots". Ça sonne trop "bruxellois".

  • Posté par Bartet Guy, samedi 5 décembre 2020, 12:49

    Le terme "friterie" est d'introduction récente. Quand j'étais petit, on utilisait une métonymie : friture (le mode de cuisson ou l'aliment plongé dans l'huile, plutôt que l'établissement qui le vend). Et puis, l'article parle autant, si pas plus, des friteries de Wallonie. Ce n'est pas bien d'être frustré et de se sentir agressé, ça donne des ulcères d'estomac.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs