Accueil Société

Coronavirus: les chiffres commencent à stagner, le Centre de crise avance trois pistes pour l'expliquer

Le Centre de crise a fait le point ce lundi, alors que les chiffres semblent se stabiliser et que le nombre de patients covid dans les hôpitaux a légèrement augmenté.

Temps de lecture: 2 min

Le Centre de crise l’a confirmé ce lundi matin : les chiffres se stabilisent, ce qui n’est pas bon signe. Yves Van Laethem explique que plusieurs éléments peuvent expliquer ce phénomène, même si aucune certitude ne se dégage pour le moment.

« Après quelques semaines de diminutions, les chiffres semblent se stabiliser. Sur une base hebdomadaire, on a encore une légère baisse des chiffres. Mais si on regarde les derniers jours, on a une stabilisation plus élevée que ce qu’on souhaiterait. Ces tendances sont marquées au nord du pays et dans la province du Luxembourg. On ne connaît pas la raison de ce phénomène », avoue l’expert.

Une première piste de réponse face à cette stabilisation : l’extension du dépistage. « Cependant, le nombre de test n’a pas beaucoup augmenté ».

Autre possibilité pour expliquer ces chiffres : le retour à l’école des enfants « Nous connaissons une augmentation des contaminations chez les enfants et dans une moindre mesure chez les adolescents. À nouveau, en quantité absolue, ce n’est pas très important. Ceci nous montre qu’il faut continuer à prendre un maximum de précautions dans les écoles, et qu’il faut faire attention dans le mélange des tranches d’âge », explique l’expert à quelques semaines des fêtes de fin d’année.

Enfin, les contaminations pourraient aussi venir de l’extérieur du pays : « On voit que dans certaines provinces, on a une augmentation des contaminations chez les personnes âgées ou chez les gens dans la quarantaine. C’est le cas dans la province du Luxembourg, où il y a beaucoup de contacts avec le Grand-Duché, et où le taux de contamination est un des plus haut en ce moment ».

« Il est possible que ce phénomène soit temporaire », tempère le virologue. « Ceci ne doit pas nous faire baisser les bras ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Lefebvre Philippe, lundi 7 décembre 2020, 15:06

    Comme par hasard...

  • Posté par Bauduin Dominique, lundi 7 décembre 2020, 14:46

    Comme d'ahbitude beaucoup d'incertitudes et de suppositions!...

  • Posté par massacry olivier, mardi 8 décembre 2020, 0:42

    Et oui la science n'est pas croyance, le doute l'habite, la vérité est lente à se dévoiler....Votre rêve serait " Martine face au covid".

  • Posté par Ask Just, lundi 7 décembre 2020, 14:25

    Qu'on arrête avec les écoles! Prenons les chiffres pour voir si le timing minimal correspond: un jeune (école secondaire, en dessous, on ne parle plus de patients contagieux) rentre de congé de Toussaint et se contamine illico avec un.e camarade de classe. Il lui faut environ 1 semaine pour devenir contagieux. On est le 23 Novembre. Le 23, il va voir papy/mamy et les contamine. Papy/mamy vont mettre environ 3 semaines avant de tomber malade ET d'arriver à l'hopital. On est donc le 14 décembre au plus tôt pour commencer à voir un effet décelable de la rentrée de Toussaint. Donc, le timing minimal pour incriminer l'école n'y est pas. Arrêtons de pointer l'école sans preuve (voire avec des indices contraires). Les jeunes ont besoin d'éducation. Et quanf bien même les écoles contribueraient, c'est un risque à prendre obligatoirement. Enfin, il ne faudrait pas mettre des idées dans la tête de certains syndicats, on en sent certains forts enclins à avoir des congés de Noël prolongés :-/

  • Posté par Ask Just, lundi 7 décembre 2020, 17:10

    @rp: nous sommes d’accord, et je rejoins entièrement les experts sur les recommandations concernant les fêtes de fin d’année: prudence et pondération de mise

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko