Accueil Société

Supprimer les assises? «Gare au risque d’une condamnation devant la cour des droits de l’Homme», avertit Benoît Frydman

Pour Benoît Frydman, professeur de droit de l’ULB, la sortie du procureur fédéral Van Leeuw pour supprimer la cour d’assises est une pression sur le politique et le judiciaire. Ne pas fixer le procès des attentats de Bruxelles devant les assises équivaudrait, selon lui, à prendre un risque important.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Benoît Frydman, chercheur au Centre Perelman de philosophie du droit et professeur de Droit à l’ULB, a peu apprécié la sortie, par le biais d’une « carte blanche » publiée dans Le Soir de ce lundi, du procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, soutenu par l’ensemble des procureurs généraux du pays, pour qui il faut supprimer la cour d’assises. « Les lois sont parfois issues d’événements marquants qui sont l’occasion ou le révélateur de besoins de changements », écrit-il notamment dans celle-ci, en faisant référence au procès des attentats du 22 mars.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 8 décembre 2020, 8:28

    Il existe aussi des juges non professionnels dans les Tribunaux du travail.

  • Posté par Druide David, lundi 7 décembre 2020, 22:12

    Merci Monsieur Frydman pour votre point de vue éclairant

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs