Olympisme: le CIO punit la Biélorussie

@Reuters
@Reuters

Ces sanctions ont été prononcées suite à l’acharnement des autorités du pays à punir les athlètes opposés au régime en place depuis la réélection controversée de Loukachenko, le 9 août dernier. Ils subiraient des pressions de la part du CNO et de ses fédérations membres, ce qui contrevient à la Charte olympique. Tous les membres de la direction du CNO biélorusse, à commencer par Loukachenko, ont été suspendus de toute activité du CIO, dont les Jeux olympiques de Tokyo, où ils ne pourront pas se rendre. Les fonds versés au comité olympique biélorusse par le CIO ont été gelés, à l’exception de ceux servant à la préparation des athlètes en vue des JO 2020 et 2022, et plus aucune compétition sous l’égide du CIO ne sera organisée dans ce pays. Par ailleurs, le CIO a annoncé que le breaking ferait son entrée au programme des Jeux olympiques de Paris, en 2024, où la parité exacte entre participants et participantes sera atteinte pour la première fois de l’histoire des Jeux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous