Romelu Lukaku fait la Une de France Football: «Je fais partie du top 5 des buteurs»

Romelu Lukaku fait la Une de France Football: «Je fais partie du top 5 des buteurs»

Romelu Lukaku est un habitué des Unes des journaux en Italie depuis quelques mois déjà. Il est plus rare par contre de le voir en France. Et pourtant, ce mardi, le Diable rouge prend toute la place sur la Une de France Football. Le magazine français a en effet réalisé un entretien de huit pages avec l’attaquant de l’Inter, en dévoilant quelques extraits sur son site web.

« Sur ces cinq derniers mois, je fais partie du top 5 parmi les buteurs, oui ! », lance Lukaku. « Il y a peut-être des joueurs qui ont marqué plus de buts mais… (Il réfléchit puis recompte le nombre de buts qu’il a récemment inscrits.) Non, non, top 5, c’est bon. Je n’ai pas envie de donner le classement, mais je fais partie de ceux-là. Si Cristiano, Messi ou Lewandowski repoussent leurs limites, pourquoi pas moi ? » Les chiffres du Belge sur l’année 2020 sont en effet impressionnants : 37 buts toutes compétitions confondues. Seuls Robert Lewandowski (42), Erling Haaland (38) et Cristiano Ronaldo (38) ont mis plus de buts que lui sur cette même période.

« Tout le monde ou presque perçoit mon intelligence de jeu »

Depuis son arrivée à Milan à l’été 2019, Lukaku a inscrit 46 buts en 64 rencontres et semble au meilleur de sa forme. « En Italie, la gagne passe avant tout », commente l’attaquant. « Il y a une grande différence dans l’approche des matches entre ici et l’Angleterre. Et sinon, je me concentre sur ce que je dois faire précisément car, là encore, les deux Championnats ne se ressemblent pas. Tactiquement, au niveau de mon positionnement et de mes mouvements, je ne dois pas me tromper. Jamais. »

Souvent critiqué, le Diable rouge semble petit à petit faire l’unanimité et il ne cache pas que cette reconnaissance est plaisante. « Parfois, il faut savoir bosser pour l’équipe, en toute humilité, sans forcément en récolter directement les fruits, notamment quand tu sens que ce n’est pas ton jour au niveau de la finition. Quant aux observateurs, je crois que tout le monde ou presque perçoit désormais cette intelligence de jeu. Et ça, ça me fait vraiment super plaisir (…). Encore une fois, que les gens soient en train de réaliser que je réfléchis lorsque je joue, que je cherche à me synchroniser avec le reste de l’équipe, c’est cool. Ici, à Milan, tout le monde a compris ça, qu’il s’agisse des supporters ou des joueurs. Je dois d’ailleurs remercier mes coéquipiers, qui ont su cerner quel type de joueur j’étais. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous