Accueil Monde Afrique

RD Congo: de fortes tensions politiques et une démocratie prise en otage

Au lendemain du discours du président Tshisekedi annonçant qu’il mettait fin à la coalition nouée voici deux ans avec Joseph Kabila, des échauffourées ont éclaté dans l’enceinte même de l’Assemblée nationale.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Pauvre démocratie congolaise ! Malmenée, truquée, prise en otage entre l’ancien et le nouveau président, entre la lettre des textes et l’esprit du changement auquel le peuple aspire, la voici désormais témoin d’échauffourées dans le lieu même qui devrait l’abriter, l’Assemblée nationale !

Durant deux jours en effet on a vu les « honorables », s’empoigner, tempêter, appeler à la rescousse militants et troupes de choc, casser du mobilier, la palme revenant à Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS et commandant en chef des « parlementaires debout », inlassables deviseurs de la rue, et les « wewas », les taxis-motos montés du Kasaï pour gagner leur vie dans la capitale.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, mardi 8 décembre 2020, 23:16

    Démocratie ? Hahaha

  • Posté par Rousseaux leon, mardi 8 décembre 2020, 20:46

    L'Europe non la Belgique paiera

  • Posté par Rousseaux leon, mardi 8 décembre 2020, 20:46

    L'Europe non la Belgique paiera

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs