Accueil Monde Union européenne

Brexit, «deal» ou «no deal»? Décision d’ici dimanche

A l’issue de la rencontre entre Ursula von der Leyen et Boris Johnson, mercredi soir à Bruxelles, les convives ont conclu que les positions restaient « fort éloignées ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

Stop ou encore poursuivre la négociation d’un accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni ? La question, lourde de conséquences économiques, sera tranchée d’ici « la fin du week-end », a annoncé la présidente de la Commission européenne, mercredi vers 23h30, à l’issue d’un dîner de plus trois heures avec Boris Johnson. Même son de cloche du côté du gouvernement britannique : les deux convives sont convenus qu’une « décision ferme sur le futur des pourparlers devrait être prise d’ici dimanche ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Lombard Fernande, jeudi 10 décembre 2020, 15:22

    Brexit, décision d’ici dimanche... Il ne faut pas nécessairement tomber sur un accord pour la Noël, la Sainte Trinité me convient aussi !.

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 10 décembre 2020, 11:32

    Les équipes se mettent dès lors « immédiatement » à l’ouvrage pour tenter de résoudre « ces questions cruciales ». Je pensais qu'il y travaillaient déjà depuis des années? je n'ai pas de souci à un Brexit dur. Ce sont les anglais qui désirent quitter l'union européenne, ils n'ont pas à poser leurs conditions! Il sera encore temps de discuter de certains accords l'année prochaine à tête reposée.

  • Posté par jourdain Claude, jeudi 10 décembre 2020, 13:13

    CQFDire. Et entretemps, les Ecossais, Gallois et Irlandais du royaume désuni auront pu décider de leur destin à tête reposée aussi. Quant à MM. Duda & Orban, ils pourront prendre conseil auprès de M. B. Johnson afin de mettre en place leur Exit respectif, No Deal (mais good deal pour les pays contributeurs nets de l'(UE). Pour ce qui est de M. Erdogan, le problème n'est pas les réfugiés musulmans dans son pays mais plutôt 75% de ses concitoyens qui sont déjà dans l'UE. On peut par contre logiquement imaginer qu'il accueillera à bras ouverts ses coreligionnaires persécutés pour un retour en Dar al is.lam.

  • Posté par ADAM Jean-Victor, jeudi 10 décembre 2020, 8:39

    Quelle bande de guignols qui n’ose pas se résoudre à la réalité. Il n’y aura pas d’accord avec les anglais. Ces « british » habitent sur une île et ils ont souvent gagné les combats diplomatiques dans l’histoire ...

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs