Accueil Économie Consommation

Ces coiffeurs qui continuent à travailler malgré la loi et le covid

L’exercice des métiers de contact est toujours interdit. Mais des professionnels continuent à jouer des ciseaux et de la tondeuse, discrètement, à domicile. Ils se confient.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

C’est 15 euros pour la coupe et 20 euros avec la barbe. » Pour ce prix-là, explique Mossaab (*), 27 ans, dont dix à manier les ciseaux et la tondeuse, il se déplace un peu partout à Bruxelles pour entretenir le crâne et le menton de ses clients à domicile. Une activité à laquelle ce professionnel se livre sans complexes, via des petites annonces publiées sur le Net, même si l’exercice des métiers de contact est interdit par arrêté ministériel fédéral depuis le 2 novembre et le deuxième confinement pour raisons sanitaires, interdiction qui n’a toujours pas été levée.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Demonte JPCG, vendredi 11 décembre 2020, 21:36

    Trimer "sans relâche de 9 h à 19 h" pour un mi-temps, travailler avant de signer le contrat, autant de signes de travail au noir?  

  • Posté par Leconte Maryse, vendredi 11 décembre 2020, 18:15

    Comment se fait-il que tous les prénoms des coiffeurs qui ne respectent pas les règles soient de consonance étrangère alors que ce sont tous des "prénoms d'emprunt"? Ce choix est-il innocent de la part de Monsieur Julien Bosseler ?

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 12 décembre 2020, 23:53

    Vous cherchez la petite bête on dirait...ce sont très probablement des prénoms d'emprunt pour des personnes ayant des origines y correspondant.

  • Posté par L'Hermite Marc, vendredi 11 décembre 2020, 13:11

    Comme souvent il y a l'esprit des lois et leur application rigoureuse malgré le fait que la lettre ne correspond pas tout à fait (pas souvent? pas toujours?) à l'esprit. Je considère comme idiot d'interdire bêtement la pratique de tous les métiers de contact alors que ce que l'on veut éviter ce sont des rassemblements et donc pour cela fermer les salons de coiffure. De même que, pendant la première vague, on a été jusqu'à interdire la pratique de la médecine en-dehors de tout ce qui se rapportait au COVID. Résultat = plein d'affections graves diagnostiquées avec retard (comme des cancers du sein et j'en ai deux exemples précis, alors que les sénologues étaient sous-occupés, quasi au chômage technique! Au bout d'un certain temps de confinement/fermeture, se faire couper les cheveux (mais pas se les faire teindre) devient essentiel (disons semi-essentiel, par analogie avec les cas médicaux non urgents immédiatement mais qui finissent par le devenir après 4-5 jours sans intervention). Etude aux USA: 2 coiffeurs dans un salon qui se sont contaminés mutuellement de même que la plupart des membres de leur famille, car mettant bas les masques lors de leurs périodes de repos et en l'absence des clients; par contre aucun des 193 clients qu'ils auraient pu contaminer (mais masques portés et mesures de distanciation et de désinfection respectées) ne l'a été. Dès lors j'estime qu'un seul coiffeur qui se rend à domicile et qui y officie avec toutes les précautions sanitaires nécessaires et qui passe entre 30 à 60 minutes maximum dans un logement que l'on aère ensuite n'est en aucune manière un risque important au point de vue épidémiologique!...

  • Posté par Cahen Guy, vendredi 11 décembre 2020, 12:05

    Les coiffeurs qui ont reçu une aide financière vont-ils alors la rembourser spontanément ?

Plus de commentaires

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs