Accueil Monde Union européenne

Brexit: le spectre de plus en plus palpable d’un «no deal»

La Commission a dégainé une série de « mesures d’urgence » en cas d’absence d’accord au 31 décembre. Pour amortir temporairement le choc du « saut dans le vide ». A Londres, Boris Johnson voit toujours l’avenir en rose sans accord.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

C’était la dernière chose que la Commission voulait se résoudre à faire. Pour des raisons tactiques. Pour ne pas donner l’impression que tout espoir de trouver un accord post-Brexit était perdu. Pour ne pas, la première, laisser entendre aux Britanniques qu’il ne servait plus à rien de négocier : l’Union ne veut en aucun cas passer pour la responsable de l’échec. Mais face au spectre de plus en plus palpable d’un « no deal », l’exécutif européen a bien dû franchir le Rubicon, ce jeudi, au lendemain d’un long dîner entre Ursula von der Leyen et Boris Johnson à Bruxelles – sans percée. La Commission a dégainé une série de « mesures d’urgence » temporaires. Elles seront utiles en cas d’absence d’accord au 31 décembre. Soit à la fin inexorable de la « période de transition », pendant laquelle Londres fait encore partie du « marché commun ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par GERDAY Michel, samedi 12 décembre 2020, 13:20

    Bye bye Boris! Le Brexit est ce qui pouvait arriver de mieux pour la poursuite de la construction européenne. PS: Messieurs les policiers de la route, merci d'interpeler et de faire payer - we want our money back - les automobilistes anglais qui ne respectent pas les limitations de vitesse sur nos autoroutes. Et une vignette spéciale pour les Britons!

  • Posté par de PATOUL Jean-Marie, samedi 12 décembre 2020, 0:13

    Depuis le début des négociations, la stratégie du gouvernement britannique consistait à tenir la porte de l'Europe largement ouverte, le Royaume Uni devenant une sorte de vaste zone franche, qui exporterait vers le marché européen une masse de biens. Les Britanniques ont cru que l'Europe se diviserait, et s'amollirait devant leurs exigences. Cela n'a pas été le cas, et ils se sont trompés. Aujourd'hui, ils ne peuvent revenir en arrière, et il n'y aura pas d'accord, dont ils n'ont d'ailleurs jamais voulu en dehors de leurs propres conditions. Il reste que les portes de l'Union seront à nouveau ouvertes, lorsque ces gouvernements auront disparu, et que l'opinion britannique verra définitivement son véritable intérêt.

  • Posté par Desmet Marc, vendredi 11 décembre 2020, 20:43

    Ils n'ont jamais été réellement européens, 40 ans qu'on leur fait des concessions - CA SUFFIT - bye bye "l'Empire"! ... Rendez-vous aux jeunes dans quelques années sans les exigences de vos parents.

  • Posté par Claude Michel, vendredi 11 décembre 2020, 16:14

    Enfin les réfugiés en mal de la terre promise vont pouvoir accéder sans retenue à l'accueillante Albion et arrêter de monopoliser des services français, belges,... contre quelques cacahuètes.... ☺

  • Posté par Mathy Arthur, vendredi 11 décembre 2020, 11:29

    Combien de temps et d'argent dépensé en vain pour en arriver là ?! Pourquoi, lorsque les rosbif ont décidé de quitter l'Europe ne pas simplement leur avoir sit "au revoir, maintenant démerdez-vous" ? L'Irlande du nord et les dangers de sécurité que cela représentait ? Problème britannique à résoudre par les britanniques, pas par l'Europe. Résidants "européens" en Grande Bretagne et l'inverse ? Hormis ceux envoyés par leur pays et à "recaser", pour les autres, c'était le revers de la médaille d'avoir voulu émigrer. Problème des sociétés commerciales ? Pensez-vous que des sociétés non européennes installées en Grande-Bretagne ne vont pas maintenant préférer venir s'installer en Europe ? Marché anglais : 65.000.000 d'habitants Marché européen : 650.000.000 d'habitants. Les pertes commerciales vis à vis des britanniques seront rapidement épongées.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs