Accueil Société

Le vrai ou faux: 600.000 Belges contaminés, 600.000 Belges immunisés?

La pertinence de la réponse immunitaire varie d’une personne à l’autre : tout le monde ne fabrique pas un taux d’anticorps élevé. Mais chez certaines personnes, l’immunité pourrait durer plusieurs mois.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

La barre des 600.000 cas positifs au coronavirus a été franchie en Belgique, où 600.397 personnes ont été à ce jour dénombrées. Officiellement. La précision est utile puisqu’un certain nombre de Belges n’ont pas pu être détectés par manque de tests disponibles à différents moments, lors de la première vague (on les réservait aux personnes gravement malades) ou de la deuxième (seuls les symptomatiques ont pu se faire tester au plus fort de la crise, pas les cas contacts pourtant à risque). Le chiffre du nombre total de Belges contaminés par le coronavirus est donc peut-être sous-estimé… Quoi qu’il en soit, est-on en droit de penser que cette portion de la population est désormais immunisée ? Pas si vite.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

28 Commentaires

  • Posté par Am Zis, vendredi 11 décembre 2020, 21:45

    Si on ne peut pas être sûr qu’après avoir été contaminé, le corps ne développe pas d’immunité... pourquoi est-on si sûr que le vaccin va immuniser la population mieux que la contamination ??

  • Posté par Raspe Eric, samedi 12 décembre 2020, 11:39

    Parce que les fabricants de vaccin ont la science pour identifier les parties du virus qui provoqueront les réponses immunes les plus solides grâce à des dizaines d'années de recherche. Parce que les vaccins sont complétés par des adjuvants qui permettent une meilleure présentation des antigènes et donc une meilleure efficacité de la réponse immune. Une immunisation naturelle fonctionne plus au petit bonheur la chance. Cette question est légitime chez un honnête homme (ou femme). Venant d'un viro-négationniste, elle est plus suspecte.

  • Posté par Jules Vandeweyer, samedi 12 décembre 2020, 9:57

    Excellente question.

  • Posté par Meura Gilles, vendredi 11 décembre 2020, 19:32

    (Pour ceux qui seraient perturbés par le commentaire de RC Peeters sur l'efficacité des tests PCR) Oh la belle source ! "Medicatrix" voilà qui inspire confiance ! Et puis c'est sûrement très sérieux, puisqu'il cite une source... France Soir. Bardaf... Bon je me suis contenté d'une recherche sur le nom de l'inventeur du PCR, Kary Mullis; ça c'est correct. Ce qui ne l'est pas en revanche, c'est ce qu'on lui fait dire, puisque "Non, l’inventeur du test PCR n’a pas dit que sa méthode était inefficace pour détecter les virus" : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/10/07/l-inventeur-du-test-pcr-n-a-pas-dit-que-sa-methode-etait-inefficace-pour-detecter-les-virus_6055091_4355770.html.

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 11 décembre 2020, 19:37

    Merci Gilles, vous môtez les mots de la bouche. Concernant le cas P, il est irrécupérable. Il ne comprend pas ce qu'il recopie en bon perroquet lobotomisé.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs