Accueil Société

180 migrants squattent un immeuble à Jette: «Qu’on nous laisse au moins rester pour l’hiver»

Dans la commune du nord de Bruxelles, 180 migrants occupent depuis mars un immeuble de l’Action Damien. À bout de patience, l’ONG entend mettre les occupants à la porte lundi 14 décembre. Pour ces migrants, l’idée d’un retour en rue sonne comme une condamnation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 4 min

Entre les murs du 44 rue Honoré Longtin à Jette, il fait glacial. Mais toujours moins qu’à l’extérieur. Dans les sombres dédales de cette ancienne imprimerie appartenant à l’ONG humanitaire Action Damien, la lumière jaillit heureusement par endroits grâce à quelques néons récupérés par-ci, par-là et branchés sur des systèmes électriques de fortune. « On a organisé ce réseau d’électricité pour pouvoir faire la cuisine, recharger nos téléphones, et installer de la lumière dans quelques endroits stratégiques. On ne peut pas faire plus car on manque de câbles. » Mohamed, qui nous fait visiter les lieux, est l’un des 180 occupants des lieux de ce qui est probablement l’un des plus grands squats de Bruxelles à l’heure actuelle. Comme la plupart de ses « co-occupants » d’origine érythréenne, algérienne ou encore somalienne, le jeune Soudanais a pour projet de partir en Angleterre, alors que sa demande d’asile a été rejetée en France – le premier pays européen où il a posé le pied.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, dimanche 13 décembre 2020, 17:27

    "systèmes électriques de fortune" = ils volent l'electricité C'est marrant ces euphemismes des journapvtes.

  • Posté par BOS Simon, vendredi 11 décembre 2020, 20:45

    On aimerait bien avoir le nom du cher assureur de l'ASBL Action Damien ... On pourrait peut être lui faire un peu de pub.

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 14 décembre 2020, 1:30

    Qui va payer s'il y a un gros problème ? Vous, peut-être ? A chacun son métier.

  • Posté par VERDOODT-COLART Jean-Marie, vendredi 11 décembre 2020, 23:35

    Il fait son boulot en essayant d'éviter une catastrophe. Si un gros soucis devait advenir ce serait le premier fautif d'avoir laisser faire. Et que diriez-vous ensuite ??

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs