Accueil Société

Sophie Quoilin (Sciensano) : «Il n’y aura pas d’assouplissement avant le printemps»

L’épidémiologiste (Sciensano ne croit pas que l’on parviendra à atteindre les objectifs fixés par le gouvernement pour discuter d’un possible déconfinement, à partir du 15 janvier.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 7 min

En Belgique, comme dans le reste de l’Europe, la situation ne s’améliore plus sur le front de la lutte contre le coronavirus. Elle stagne voire empire, notamment en Flandre. Sophie Quoilin, épidémiologiste à l’Institut de santé publique (Sciensano), l’avait prédit. Peu friande d’intervention médiatique, celle qui, le 20 janvier 2020 était déjà autour de la table du RAG (le Risk Assesment Group chargé d’évaluer la menace sanitaire), alors qu’on ne savait encore rien de ce virus venu de Chine, a accepté de sortir de sa tanière pour livrer un message clair, honnête mais très peu réjouissant. « On doit vraiment entrer dans cette philosophie qui implique que notre manière de vivre sera modifiée tant que le virus circulera. Pas pour le plaisir de restreindre nos libertés mais, au contraire, pour nous en donner. Parce qu’on ne retrouvera pas notre vie normale, au minimum jusqu’à l’été. Et encore, si tout se passe comme espéré au niveau de la vaccination. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

78 Commentaires

  • Posté par seghers emmanuel, dimanche 13 décembre 2020, 21:06

    @Eric Raspe: Merci comme cela j'aime débattre et suis aligné sur beaucoup de points dans vos réactions sur ce forum. Les gouvernements européens n'ont pas facile et il faut l'accepter. Quand je parle de tester massivement les populations pour isoler les positifs je ne pensais pas aux méthodes traditionnelles mais plutôt à une approche de prise de tests salivaires par foyer dans un seul récipient par des brigades qui se déplacent quartier par quartier pour récolter les résultats et contraindre à l'isolement le foyer dans lequel on trouve du virus et lorsque ces brigades auront terminé on dé confiné progressivement et même si tout les positifs n'auront pas été identifiés cette méthode serait mieux que de ne rien faire. L'armée pourrait aider et des étudiants aussi cela motiverait l'ensemble de la population car l'objectif est clair. Quand je dis que nos libertés individuelles sont indexées sur la situation hospitalière c'est une constatation et dans l'histoire il y a eu pire je n'aurais pas aimé naitre en 1905 et échapper à la 1er guerre mondiale, la grippe espagnole, la 2ème guerre mondiale etc.. N'oublions pas non plus en 1920 où pour résoudre des problèmes d'alcoolisme on a créer la prohibition et tout les malheurs engendrés par après. Ce qui me semble difficile vu les mesures actuelles c'est d'évaluer l'impact de chacune d'elle sur la circulation et une correcte balance bénéfice/risque court et moyen terme. Je pense que l'on pourrait être plus fin dans les mesures prises. Et je trouve qu'on n'est pas assez dur avec ces fêtes et mon exemple était évidemment exagérer avec les masques. Si des meures sont verbalisées il faudrait avoir plus de discernement par les forces de l'ordre et vous savez comme moi qu'au niveau de code de la route la conduite dangereuse est verbalisée. Mais c'est mieux de débattre comme ceci où chacun peut apporter son opinion. Encore ici on n'est pas sur les réseaux sociaux ou cela devient terriblement haineux. Je vous laisse méditer sur cette citation d'Umberto à ce sujet: "Les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d'imbéciles qui avant ne parlaient qu'au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel." Bien à vous

  • Posté par Raspe Eric, lundi 14 décembre 2020, 0:20

    J'aimerais pouvoir partager votre optimisme par rapport aux tests salivaires. Le gros soucis est leur sensibilité plus faible et les difficultés pratique d'application que vous sous-estimez grandement. Le contrôle aux frontières pose également un gros problème que le remplacement de l'écouvillon par le tube de prélèvement salivaire ne résout pas. D'autant qu'il suscite des réactions enflammées en réponse à l'article qui fait mention des propositions du Pr. Van Ranst dans le domaine. L'autre soucis enfin est l'indiscipline légendaire de nos populations qui contraste avec l'état d'esprit des australiens décrit par le Pr. Devos dans sa contribution à De Afspraak op Vrijdag. Enfin, l'exercice des libertés individuelles sont toujours indexées aux circonstances et dépendantes de celles-ci. Faire du ski par temps de canicule n'est possible que si on y met des roulettes. Mais ce n'est plus le même sport. La véritable liberté de l'Homme est de trouver sa voie pour s'adapter aux circonstances. Parce qu'il y a très souvent plusieurs attitudes et solutions possibles.

  • Posté par seghers emmanuel, dimanche 13 décembre 2020, 21:09

    Umberto Ecco ...la citation

  • Posté par seghers emmanuel, dimanche 13 décembre 2020, 11:01

    @ Raspe Eric: On peut tester massivement une population mais cela doit être préparé avant un confinement et ensuite isoler les cas positifs. Ce test de masse n'a d'intérêt que si on peut isoler strictement et le contrôler. Ce ne sont pas des yakas ni des faucons des épidémiologistes renommés le conseille (Catherine Hill entre autre). Et je suis prêt à accepter cela pour moi et aussi un système de traçage comme en Corée du Sud ou Taiwan. Les libertés individuelles ne sont en effet pas respectées mais le bénéfice retiré est supérieur à ce qu'on essaie de faire chez nous avec une multitude de mesures incohérents et qui ne prouvent pas leur efficacité à part les gestes barrières, port du masque intérieurs et extérieurs dans certains cas et effectivement fermetures restaurants et bars. Alors des mesures du style port du masque en se promenant seul dans une rue et surtout verbalisation ,ou venir seul dans un magasin qui applique strictement les protocoles (en France c'est par foyer recommandé) et d'ailleurs relevé par Van Ranst même qui trouvait qu'aller avec son épouse n'st pas un problème , commerce essentiels versus non essentiels, coiffeurs si prise de rv ( ne me répondez pas oui mais c'est la circulation des gens pour y aller.. ). Alors ce qui concerne ma liberté c'est votre opinion car étant retraité et vivant confortablement confiné ou pas cela ne me touche pas trop. En réponse à "Comme vous êtes un défenseur acharné de "votre liberté"": c'est votre hypothèse et je ne suis pas comme cela et j'essaie d'éviter dans la plupart de mes commentaires de juger, d'insulter les autres. N'oubliez pas qu'en montrant du doigt quelqu'un vous en avez au moins trois tournés vers vous. Je pense aux autres et particulièrement à ceux qui sont à 4 ou 5 dans des petits appartements où a ceux qui ne peuvent plus du tout exercer leur art (culture etc...) ou leur métier Pour le secret médical je n'ai pas de problèmes ne préjugez pas de mes propres pensées. Alors un pays qui autorise l'euthanasie sous certaines conditions et ne punit pas la tentative de suicide et qui maintenant empêche un grand-père de 94 ans qui ne circule plus de ne pas voir ses enfants ou arrière petits-enfants à Noel (et peut être son dernier Noel) grand-père qui accepte le risque n'est pas le pays montre beaucoup de d'humanité. Que l'on verbalise 250 € une personne ne portant pas de masque à l'extérieur dans un lieu non dense et que l'on verbalise du même montant les gens qui participent à des fêtes ou partouzes au lieu de mettre des montants beaucoup plus élevés etc... Et y en a beaucoup d'autres des incohérences. Des entorses aux libertés individuelles sont acceptables sur de courtes périodes mais commencent à poser problèmes sur de longues périodes et surtout sur de longues périodes au travers de stop and go démontrant le manque de stratégie dans la lutte contre ce virus.

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 13 décembre 2020, 19:14

    Désolé de vous avoir offensé monsieur Seghers. Il y a bien trop de personnes sur ce forum qui utilisent l'argument de la protection de leur liberté pour s'affranchir de l'exécution des mesures nécessaires à la gestion de l'épidémie qui leur déplaisent. Il en a aussi beaucoup qui proposent dans le même but des solutions simplistes et irréalistes qui s'appliquent systématiquement aux autres et préservent leur propre mode de vie, leurs habitudes et leur bon plaisir. Pour en revenir à votre proposition, je reste sceptique par rapport à son application pratique parce que celle-ci est limitée par des contraintes de personnel, des contraintes logistiques en partie résolues (les capacités de test ont été étendues), des contraintes budgétaires (à la base de l'obligation de passer par un médecin pour se faire tester) et des contraintes d'ordre juridique (respect de la vie privée et du secret médical). Le problème suivant de votre stratégie est l'impossibilité de contrôler les flux de personnes à nos frontières terrestres. Les mailles du filet des tests risquent de toujours être trop grandes. Je pense en conséquence que le respect des mesures de prévention sanitaires et la vaccination sont des solutions plus réalistes à portée de main. Vous écriviez "j'essaie d'éviter dans la plupart de mes commentaires de juger, d'insulter les autres". La vie n'est qu'une suite de jugements. Ceux-ci déterminent consciemment ou non ce que seront nos interactions sociales et c'est la sommes de ces jugements qui sera le socle de la vie en communauté. Paradoxalement, en écrivant votre commentaire, vous portez également un jugement à mon égard, en partie justifié lorsque l'agacement me pousse à émettre des commentaires à propos de certaines personnes qui par leurs propos dépassent les bornes et que je dois bien accepter. Pour le reste, si vous pensez à ceux qui sont à 4 ou 5 dans des petits appartements où a ceux qui ne peuvent plus du tout exercer leur art (culture etc...) ou leur métier, le mieux est encore de respecter les mesures sanitaires et de vous faire vacciner pour que la situation actuelle dure le moins longtemps possible. Et lorsque les restrictions seront levées, de ne pas hésiter à faire appel à ceux qui ne peuvent plus exercer leur art ou leur métier. Pour les coiffeurs et commerces non-essentiels, pris isolément, leur ouverture pourrait se justifier. Mais il ne faut pas oublier que d'autres activités ont été maintenues, en particuliers les activités scolaires. Cette accumulation rendrait le contrôle de l'épidémie plus difficile d'autant que certaines de ses activités prennent du temps. Même l'Allemagne commence à s'y résoudre par nécessité. Quand on voit l'affluence dans les rues et centres commerciaux, on a de quoi s'inquiéter. Pour le port du masque seul en rue, je doute fort que beaucoup aient été verbalisés à ce propos. Par contre, et vous le reconnaissez justement, son port se justifie également à l'extérieur si les circonstance ne se prêtent pas à la dispersion des particules infectieuses. Contrairement à votre avis, il y a donc une certaine cohérence dans les mesures.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs