Accueil Monde Union européenne

Brexit: les Britanniques ont un avantage clair à mettre la pression jusqu’au 31 décembre

Le Premier ministre britannique refuse de quitter la table des négociations car c’est dans son intérêt. Mais n’est pas prêt à faire des concessions pour autant.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Je pense que les Britanniques attendent de nous un effort supplémentaire. » Voilà une des raisons avancées par Boris Johnson hier pour expliquer aux Britanniques ce nouveau recul d’une deadline donnée par lui-même et Ursula von der Leyen la semaine dernière. Conscient du dommage que causerait une sortie de l’Union européenne sans accord, et le manque de popularité qu’aurait cette décision dans l’opinion, le Premier ministre du Royaume-Uni refuse de quitter la table des négociations. Car s’il le faisait, la faute pourrait lui être imputable. Or, depuis le début, il est dans son intérêt de pouvoir pointer du doigt l’Union comme la responsable de l’échec de ces négociations.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Desmet Marc, mardi 15 décembre 2020, 19:41

    Les anciens "amis" envoie leur marine de guerre pour protéger leurs eaux territoriale... C'est fort, mais normal il ne font plus partie de l'UE. C'est la pêche qui bloque? pas difficile on taxe à mort toute les importations de poissons Britanniques ... par ce que ce poisson il doivent nous le vendre pour que leurs pêcheurs survivent...

  • Posté par Desmet Marc, mardi 15 décembre 2020, 19:43

    Les anciens "amis" envoient leur marine de guerre pour protéger leurs eaux territoriales... C'est fort, mais normal il ne font plus partie de l'UE. C'est la pêche qui bloque? pas difficile on taxe à mort toute les importations de poissons Britanniques ... par ce que ce poisson il doivent nous le vendre pour que leurs pêcheurs survivent...

  • Posté par d dsti, mardi 15 décembre 2020, 15:50

    Heureusement que Churchill était là en 40 car s'il y avait eu un référendum à ce moment-là nous serions probablement toujours sous la botte nazie.

  • Posté par GRILLO JEAN-PIERRE, lundi 14 décembre 2020, 10:04

    Est-ce que l'Indépendance ça remplit les assiettes? J'espère que les Européens de l'Union ont bien compris le genre de pays "ami" qu'ils ont accueilli depuis 50 ans! Et qui a empêché plusieurs avancées notamment sociales, justement au nom d'un "British way of life", ou d'une sacro sainte "indépendance" : l'homme de la rue sera-t-il maintenant pleinement rassasié?

  • Posté par Bauduin Dominique, dimanche 13 décembre 2020, 23:03

    J'espère que l'Union Européenne ne cédera pas au chantage de Boris. C'est la Grand Bretagne qui a refusé de prolonger la période transitoire après le 31 décembre 2020, ne l'oublions pas. Ils veulent goûter à leur nouvelle indépendance sans concession ni contraintes quelconques. Laissons les donc partir. Ils reviendront bien à la table de négociation en 2021 si nécessaire. Les règles de l'OMC fonctionnent bien. On commerce bien avec la Chine, les USA, l'Australie. Pourquoi pas avec l'Angleterre; ce ne sera pas la fin du monde et le commerce avec le RU continuera.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs