Accueil Culture Cinéma

Salles de cinéma, encore essentielles?

Mathieu Kassovitz, connu pour son sens de la provocation, estime que les salles de cinéma ne sont plus essentielles. A l’inverse, Denis Villeneuve dont on attend le blockbuster « Dune » en 2021 se pose en défenseur des salles obscures.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Le cinéma n’est plus essentiel comme il l’a été à une époque. Malheureusement, les salles ne sont plus essentielles. Je vais faire crier tout le monde, mais le futur du cinéma, il n’est plus là. C’est comme se battre pour qu’une espèce animale ne disparaisse pas. Les tigres vont disparaître quoi qu’il se passe ! Les cinémas sont voués à disparaître et là, c’est juste un accélérateur. Il y a beaucoup de salles qui ne seront plus là à la rentrée, beaucoup de propriétaires de cinémas qui vont être obligés de vendre » déclarait Mathieu Kassovitz sur BFMTV il y a trois jours alors que tout le secteur était au 36e dessous en apprenant que la réouverture des salles attendue pour le 15 décembre en France était repoussée au 7 janvier. Et d’avoir qu’il s’agit là d’un « ego mal placé » et qu’on peut « regarder des films à la télé… » Tollé fatalement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 14 décembre 2020, 16:41

    Kassovitz...tout est dit. Du balai.

  • Posté par Kador Croes, lundi 14 décembre 2020, 13:18

    Pour les films à grand spectacle où l'ambiance visuel et sonore sont primordiale (parfois plus que le scénario), il est claire que le voir sur une télévision/smartphone/tablettes, on perd une bonne partie du spectacle. A condition que le son couvre les mangeurs de pop-corn, les pipelettes et les sonnerie de smartphones. Parfois j'ai regretté d'avoir été voir un film au cinéma que je l'aurai plus apprécié sur mon écran 50" et mon ampli 7.1(en son master audio). Je crois d'ailleurs que c'était un Villeneuve. Mais il est vrai que pour les films où l'ambiance visuelle et sonore ne sont pas primordiale, autant les regarder chez soi. C'est clair que pour les films pour enfants, Disney s'en fout. Surtout que les jeunes enfants ne le remarque même pas. J'ai trois enfants alors payer 50 € pour le cinéma contre 2.5€ la location du Blu ray/Streaming. Bon j'ajoute 5 euro de pop-corn. Tout en étant plus relax.

  • Posté par Det Ben, lundi 14 décembre 2020, 17:33

    Un Woody Allen, ou "Pupilles" , ... au cinéma c'est toujours mieux que chez soi. Perso : cinéphile depuis 40 ans. > 3500 fois au cinéma. Un film, surtout quand il est bon, prend une dimension plus grande dans une salle de cinéma. Aucun film ne résiste à la comparaison. Projecteur domestique 4k, écran de 2,40 m de base pour minimiser la forte dégradation par rapport à une projection dans une salle de cinéma. j'évite ma télé de 55 pouces. :-) Il arrive des mauvaises expériences en salle, cela je l'accorde, et c'est rageant, mais c'est comme pour le covid, c'est une question de respect des autres ou non. Bons films en tout cas.

  • Posté par Det Ben, lundi 14 décembre 2020, 10:57

    Ce qui me dérange avec les propos stupides, c’est la confusion et les erreurs de jugements ou de pertinence. L’histoire n’est pas philosophie et les rancoeurs face aux majors n’est pas psychologie, pas plus que vérité. Allez dire aux acteurs de théâtre qu'on peut les regarder à la télévision ou pire en streaming sur un écran d'ordinateur ou tablette ou smartphone. Allez dire au monde de l'opéra et des concerts qu'on peut écouter de la musique chez soi ...sur des média mp3 super compressés (avec un smartphone ?) Que ce soit dans le domaine de l'art ou de la philosophie et de l'intelligence, il y a le meilleur et le pire. On est en droit d'espérer le meilleur. On devrait même avoir le devoir de construire le meilleur. On peut et on devrait se préparer au pire. Seuls les imbéciles et les idiots nous emmènent vers le pire. Le pire c'est la médiocrité. Et quand elle est défendue par des individus, force est de constater qu'il faut se poser la question de la catégorie, du pire ou du meilleur, dans laquelle on devrait identifier ces personnes. Les salles de cinéma disparaitront un jour peut être. Ce ne sera jamais la preuve qu'on peut s'en passer à titre de non essentiel. Si le meilleur disparait, on a toujours perdu plus qu'on ne croit. On perd une partie de l’essentiel, la recherche du bon et sans doute aussi le courage et la volonté du « mieux ».

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs