Accueil Économie

Le Swissleaks vu de Suisse: «Les banques suisses appliquent des règles plus strictes qu’imposé»

Philippe Kenel est un avocat fiscaliste suisse en place à Bruxelles et à Genève. Pour lui, on sous-estime le poids de la lutte contre la fraude fiscale.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef adjoint et chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

Le scandale « HSBC » est-il la preuve qu’aujourd’hui, malgré les déclarations des uns et des autres, on en est resté au stade de l’intention de lutter contre la fraude fiscale ?

Non, pas du tout. Je vous signale que le dossier « HSBC » remonte à des faits qui se sont produits il y a 7 ans environ, et que l’arsenal législatif est aujourd’hui très complet, y compris en Suisse. Notre pays a pris d’excellentes décisions en matière de lutte contre la fraude fiscale, a signé un accord avec l’Union européenne pour lever son secret bancaire en cas de demande. Je peux même vous dire que la plupart des banques suisses sont actuellement plus strictes que ce que l’arsenal de mesures anti-fraude leur impose.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs