Accueil Monde Proche-Orient

La juge kurde en charge des djihadistes belges parle: «Nous avons payé le prix le plus cher de la terreur»

Au nord-est de la Syrie, nous avons rencontré la juge kurde chargée du sort des djihadistes étrangers, notamment belges, détenus sur place. Le Rojava, une région autonome mais sans reconnaissance légale, demande la collaboration des Etats européens pour les juger sur place.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

C’est une magistrate dans une situation doublement inconfortable (le mot est faible), que Le Soir a pu rencontrer au nord-est de la Syrie, le 6 décembre dernier. Premièrement, car elle est en charge de juger les djihadistes étrangers actuellement détenus par les forces kurdes, dont une quarantaine de Belges (hommes et femmes confondus). Or, le Rojava, la région autonome du nord-est syrien, n’a pas d’existence officielle au plan international.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 15 décembre 2020, 18:07

    Un procès équitable est sans conteste indiqué, et je trouve honteux que le gouvernement belge refuse de juger lui-même et sur notre sol les djihadistes belges.

  • Posté par dams jean-marie, mardi 15 décembre 2020, 8:23

    Il ne faut pas perdre son temps avec des terroristes , la seule solution c'est l'exécution. Tournez la page!

  • Posté par sarah hoogsteyn, mardi 15 décembre 2020, 10:02

    Cette dame a raison, un procès équitable, le respect des droits, c'est ce qui nous sépare de Daesh. Peu importe ce qu'ils ont commis, ne nous abaissons pas à leur niveau !

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs