Accueil Société

Soixante ans en Belgique, prof d’université: Andrea Rea «n’a pas rapporté la preuve de son intégration»

Le professeur de l’ULB, Italien de deuxième génération, s’est vu opposer un refus à sa demande d’acquisition de la nationalité belge. Il intente un recours.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 5 min

Passer une vie à analyser les politiques d’immigration et leurs préjugés sous-jacents, gravir les échelons sociaux au point d’atteindre un des postes académiques les plus prestigieux du pays et se manger dans la figure une missive administrative qui tranche que non, vous n’êtes pas intégré. Andrea Rea se serait bien passé de l’ironie de ses déboires administratifs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

45 Commentaires

  • Posté par Simon Blackley, mercredi 16 décembre 2020, 17:13

    Au pays de l'absurde, nous sommes parfaitement dans l'absurdité. Une personne amie s'est trouvée dans le même cas de figure, mais avant de déposer le dossier. Le refus, pour manque d'intégration sociale, s'est fait au guichet de la commune par l'employé du jour. Nous lui avons conseillé de retourner à la commune à une heure différente. Elle est tombée sur un autre employé qui a accepté son dossier sans problème. Par ailleurs, je tiens à mentionner que les communes encombrent les parquets de dossiers de ce type, par exemple pour les mariages ou les cohabitations légales pour soi-disant "soupçons". Et on pleure en Belgique du manque de personnel dans les services de justice!

  • Posté par Vynckier Albert, mercredi 16 décembre 2020, 9:13

    de qui se moque-t-on ici, de Mr Réa ou du système?

  • Posté par ROSE Timothy, mardi 15 décembre 2020, 21:59

    Je suis Britannique, vivant en Belgique depuis le 14 octobre 1974, marié à une Belge depuis 1977. Je parle le français, le néerlandais et l'anglais, ma langue maternelle. Après une carrière complet au sein des entreprises Belges, je me retrouve prépensionné. Vient le Brexit, j'ai tout de suite compris que si je voudrais garder mes libertés en étant de citoyen Européan et préserver mes droits j' avais interêt à demander la nationalité Belge. Il a fallu trois tentatives au sein de l'administrration communale avant qu'ils acceptent de transmettre ma demande le 12 décembre 2019. J'ai travaillé comme chauffeur bénévole pendant 6 ans dans ma commune et on ôse me demander de prouver que je suis bien intégré socialement et économiquement. Je suis propriétaire d'une maison qui est payé, j'ai toujours payé mes impots, j'ai une casier judiciaire vièrge, et une carrière complete qui me donne droit à une pension légale. Le fait d'avoir réussi une formation en Néerlandais, avec preuve à l'appui, à probablement était décisif pour qu'ils acceptent mon dossier. J'habite en Brabant Flamand. Au mois de mai j'ai reçu la confirmation que mon dossier avais été accepter. Maintenant j'ai une carte d'identité Belge, et j'en suis fière et reconnaissant.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 15 décembre 2020, 22:35

    Dear Mister Rose, congratulations. And welcome in Belgium as a recent "full" belgian citizen (even if you were a "virtual" belgian for so long). Your french writing is still a little bit "imperfect", but I could'nt myself write such a fine text in english, and so well. Brexit is so pityful. So much nonsense... And Belgium is not perfect as well.

  • Posté par LIENARD NORBERT, mardi 15 décembre 2020, 19:52

    Tempête dans un verre d eau, il va remplir ses papiers convenablement et tout rentrera dans l'ordre

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs