Bruxelles: le projet Max-sur-Senne va devenir réalité

Bruxelles: le projet Max-sur-Senne va devenir réalité
PhotoNews

Le parc Maximilien de Bruxelles et ses alentours vont être entièrement redessinés dans le cadre d’un contrat de rénovation urbaine, annonce mardi un communiqué de Bruxelles Environnement. L’appel à projets a été remporté par un consortium franco-belge, composé notamment de l’agence bruxelloise Ouest. Il s’agit aussi d’un projet participatif, puisque les Bruxellois seront invités à dessiner le futur de ce quartier nord de Bruxelles. Le premier coup de pelle est prévu pour l’été 2023.

Neuf hectares et demi d’espaces publics, allant de la petite ceinture au bassin Béco, vont être réaménagés. Le projet s’articule autour de la Senne, qui va être remise à ciel ouvert sur 650 mètres. La volonté est de redonner à cette rivière une place en ville, tout en améliorant la qualité de son eau et donc la biodiversité.

Ces travaux de remise à ciel ouvert nécessiteront la déconstruction du pavillon de l’héliport, des transplantations d’arbres mais aussi des coupes. Les replantations seront néanmoins plus nombreuses que les abattages, promet Bruxelles Environnement.

Si les fondations du projet sont posées, le reste doit encore être construit. Dès 2021, les Bruxellois seront invités à dessiner avec Bruxelles Environnement le futur de ce site. Une maison de projets sera installée de 2021 à 2023. Le premier coup de pelle est prévu durant l’été 2023. Les travaux devraient durer deux ans et coûter 20 millions d’euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. US-MINNEAPOLIS-REACTS-TO-VERDICT-IN-DEREK-CHAUVIN-TRIAL

    Derek Chauvin coupable du meurtre de George Floyd, Minneapolis respire

  2. Bénédicte Linard: «Dans ce plan, il n’y a plus de proposition de tenir un festival de 70.000 personnes au mois de juillet...»

    Déconfinement: nouvelle déception en vue pour la culture? La ministre Linard se dit «inquiète»

  3. Image=d-20201211-GK9YQ0_high[1]

    Réforme imposée pour l’enseignement spécialisé, un projet qui suscite des remous

La chronique
  • Et sinon, à part ça?

    C’est le voisin, la collègue, la famille, le dentiste, les copains, c’est tous ceux qu’on croise, tous ceux qu’on appelle. On démarre tranquillement sur le soleil, le boulot, les enfants, comme on l’a toujours fait, et voilà qu’irrévocablement, irrémédiablement, il se pointe : le coronavirus. Comme un gros malpoli qu’il est, sans prévenir, sans qu’on l’ait invité.

    Tous les dialogues se ressemblent désormais : « Oui, je fais des pompes et des abdos, histoire de garder la forme (appareillage tout en douceur, la mer est calme). Quoi ? Non, c’est pas les muscles, je me frotte le bras parce que j’ai un peu mal, je me suis fait vacciner hier (paf, l’iceberg !). C’est fou, avec Patrick, on s’est inscrits le même jour et lui, on l’a envoyé à Ronquières et moi, à Tubize. Lui Astra et moi Pfizer ! Quel bordel, tu y comprends quelque chose, toi (glou glou glou) ? »

    Avec ses variants : (anglais) « Sorry, sweetie, I didn’t call you back : I got it ! » (et autres) « ...

    Lire la suite

  • Trop peu, trop tard pour la culture: la mèche d’une explosion annoncée

    Trop peu, trop tard ? C’est le risque que court le Codeco, rassemblant ministres du fédéral et ministres-présidents des Régions et Communautés.

    Ce vendredi, ils tiendront leur première vraie réunion étiquetée « culture » après des mois de silence, de « on verra plus tard », d’absence de mention du secteur dans les décisions prises pour lutter contre la pandémie ou dans les perspectives données, sans parler de la gifle répétée du « non-essentiel »....

    Lire la suite