Accueil Opinions Chroniques

L’insouciance face au covid, phénomène d’époque

Une évolution séculaire nous a éloignés de la mort et, en particulier, a mal préparé les jeunes à la prendre au sérieux. La mort semble désormais ne menacer que nos aînés.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 6 min

Depuis le relâchement observé pendant l’été, on dénonce régulièrement l’insouciance dont une partie de la population fait preuve face au Covid. Les jeunes, en particulier, sont pointés du doigt pour leurs pratiques à risque, qui témoignent d’une certaine inconscience du danger qu’ils font courir aux aînés.

Si ce reproche doit être nuancé – car il met toute une génération dans le même sac –, il faut surtout le contextualiser. Une des raisons pour lesquelles les consignes sanitaires sont mal respectées est qu’une évolution séculaire nous a éloignés de la mort et, en particulier, a mal préparé les jeunes à la prendre au sérieux. Cette mutation a été brillamment décrite par un sociologue français, Paul Yonnet, dans un livre paru en 2006 intitulé Le Recul de la mort. Yonnet était d’autant plus frappé par cette évolution qu’il a été confronté très tôt à la maladie, au monde médical et au risque d’un décès précoce, comme il en a témoigné dans Zone de mort.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Z Hadrien, mercredi 16 décembre 2020, 11:53

    Précipiter une partie importante de la population durablement dans la misère et le désespoir voire au suicide, impacter très négativement pour des années l'activité économique des plus modestes au profit de multinationales tentaculaires, réduire l'ensemble des libertés, arrachées à grand peine au cours des siècles précédents, à une peau de chagrin pour prolonger la vie de 0,0013 % de la population de quelques mois, là est le vrai scandale! Faire semblant de vouloir éradiquer la mort en empêchant les gens de vivre pour mieux les contrôler est une fiction religieuse, elle ne peut être un mode de gouvernance démocratique ou alors, l'Iran et l'Arabie Saoudite sont des démocraties...

  • Posté par Carbonnelle Brigitte, mercredi 16 décembre 2020, 18:31

    Tout à fait d'accord avec Z Hadrien. Nous sommes victimes de la grande supercherie. Quitte à nous de nous réveiller !

  • Posté par El Tonga ., mercredi 16 décembre 2020, 13:59

    100% avec Z Hadrien

  • Posté par DUFOUR Frédéric, mercredi 16 décembre 2020, 11:37

    Merci pour cet article éclairant ! J'ai envie de jeter un coup d'oeil au livre "Le Recul de la mort" sur ce même sujet !

  • Posté par Hubert Jean-Michel, mercredi 16 décembre 2020, 10:21

    On pourrait retourner l'argument : le fait que la mort ait été plus fréquente dans le passé et que le durée de vie (moyenne) ait été plus basse n'aura pas incité les gens à cesser leurs activités pour vaincre un virus invisible et par ailleurs longtemps inconnu. Il devait probablement y avoir une plus grande prudence à ne pas se blesser mais en même temps une plus grande liberté. Je ne lis nulle part une adhésion massive des gens aux mesures de restriction dans les textes historiques, au contraire. Peut-être faut-il simplement reconnaître que les gens ne veulent pas simplement vivre mais bien vivre. Et la façon d'atteindre cet état appartient à chacun.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs