Accueil Société

Coronavirus: la police fondra sur les organisateurs de «lockdown parties»

Les amendes pour les organisateurs passent de 750 à 4.000 euros, celles des participants de 250 à 750. Les drones sont interdits pour repérer les infractions, tout comme les visites domiciliaires, sauf en cas de flagrant délit.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 3 min

C’est peu dire que la police a très peu apprécié la multiplication de « lockdown parties », parfois avec un tel nombre de participants que cela frisait la provocation. Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne avait très vite dit son intention d’augmenter les peines pour les contrevenants. C’est chose faite, depuis ce mardi.

Le collège des procureurs généraux a décidé d’augmenter les peines. Pour les organisateurs, le tarif de la transaction passe de 750 euros à 4.000 euros. Et pour les participants, l’amende s’élève désormais à 750 euros, au lieu de 250. Le parquet pourra aussi décider de refuser aux suspects le bénéfice de la transaction, et citer directement les personnes devant le tribunal. Ils s’exposeront alors à une condamnation pénale et son inscription au casier judiciaire.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Charles Magda, mercredi 16 décembre 2020, 9:26

    «lockdown parties» ???

  • Posté par Desmet Marc, mercredi 16 décembre 2020, 8:32

    Curieux de voir si la police va autant "fondre" dans le Brabant Wallon et Knokke qu'a Bruxelles ou Charleroi...

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 16 décembre 2020, 7:16

    On attend les réactions des "défenseurs de la ou de nos liberté(s)".

  • Posté par Trevisan Lucio, mardi 15 décembre 2020, 19:02

    "mais le collège des procureurs cible surtout les fêtes illégales de grande taille et moins les réunions familiales. “Le cas des réunions de famille où la grand-mère ne pourra pas voir ses deux petits-enfants en même temps ne nous intéresse pas, ce sont les fêtards qui sont conscients que nous sommes en crise sanitaire et agissent au détriment du travail fourni par le personnel médical”, poursuit Ignacio De La Serna. La Libre.

  • Posté par Ramscheidt Geoffrey, mardi 15 décembre 2020, 19:43

    Merci de compléter l info car le Soir n est plus ce qu il était !

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs