Accueil Belgique Politique

PS: la présidente qui dit oui et le chef de groupe qui dit non

Eliane Tillieux et Ahmed Laaouej, ou deux bad buzz PS en une semaine.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

En politique, il y a les prises de position qui font mouche et celles qui font mal. D’une manière ou d’une autre. Et au PS cette semaine, disons que certains ont moins fait mouche que mal… Mal à leur image. Ou mal à l’unité de leur parti.

Prenez Eliane Tillieux. Première femme à s’installer au perchoir de la Chambre en 190 ans d’existence de la Belgique – ce qui n’a pas manqué d’être salué –, voilà que la Namuroise a déjà abîmé son statut (de neutralité). Et ce, après un vif incident avec Theo Francken.

Irritée par la dureté des critiques du député N-VA envers la ministre PS de la Défense, Vanessa Matz (CDH) s’emporte : « Je me demande si, à sa place il y avait eu un ministre masculin, vous continueriez cet acharnement ! » La majorité de l’assemblée applaudit. Eliane Tillieux aussi, tout en opinant nettement du chef.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Pire Bernard, vendredi 18 décembre 2020, 6:46

    Si on choisissait les responsables politiques en fonction de leurs compétences, ça se saurait... et on se porterait sans doute mieux. Mais le seul critère qui anime tous ces guignols- de gauche comme de droite - c'est leur ego surdimensionné, le copinage, le népotisme et la cupidité.

  • Posté par Bouillot Pierre, jeudi 17 décembre 2020, 23:37

    Manque de "bouteille" nos jeunes politiciennes et politiciens. Habitués à la " spontanéité" des commentaires des groupes sociaux, ils oublient leurs devoirs de réserve, de neutralité, leurs responsabilités inhérentes à la fonction qu' elles, ils, occupent. --Elles , ils oublient qu'elles , ils ne sont pas dans une cour de récréation où celle, celui qui crie le plus fort gagne. A partir du moment où une personne occupant pareille fonction agirait " couramment" de cette manière , on pourrait vite arriver "en dictature" ( même si depuis longtemps le parti au pouvoir fait "ce qu'il veut") bien que ces personnes aient été élues démocratiquement.

  • Posté par Rousseaux leon, jeudi 17 décembre 2020, 20:46

    Pour dirigé des entreprises je suis pour les femmes mais dirigé un pays se net pas la même chose

  • Posté par Jérôme De Greef, jeudi 17 décembre 2020, 22:27

    Pour qu'un commentaire soit pris au sérieux il faut commencer par écrire sans faute !!!

  • Posté par Léotard Marc, jeudi 17 décembre 2020, 19:16

    La grande coupable, là-dedans, c'est Vanessa Matz avec son intervention ad hominem, sexiste totalement sans fondement et sans lien avec le sujet débattu. Et la, personne ne s'offusque ! La journaliste nous avoue même que "cela (lui) fait du bien". C'est le nouvel esprit démocratique : contre un adversaire politique, tout est permis puisque, "par définition" c'est un salaud / idiot / populiste / complotiste / hargneux. Quant à la présidente, elle a accédé à son poste pour son sexe, mais j'aurais préféré qu'on favorise une autre minorité discriminée : les compétent(e)s. Il y a des femmes compétentes au PS, que Tillieux démissionne et qu'on élise une d'entre elles.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs