Marc Van Ranst: «Si nous veillons à respecter les mesures sanitaires à Noël, les écoles n’auront pas à fermer»

Marc Van Ranst: «Si nous veillons à respecter les mesures sanitaires à Noël, les écoles n’auront pas à fermer»

Les écoles vont-elles rouvrir après les vacances de Noël ou resteront-elles fermées jusqu’en janvier? «Notre sort est entre nos mains», d’après le virologue Marc Van Ranst. «Si nous veillons à respecter les mesures sanitaires à Noël et au Nouvel An, les écoles n’auront pas à fermer.»

L’immunologue Hans-Willem Snoeck, de l’université de Columbia, a tiré la sonnette d’alarme mercredi déclarant que les écoles devraient rester fermées jusqu’à la fin du mois de janvier, car les enfants sont un moteur de la pandémie. Cet expert a reçu jeudi le soutien de Dirk Van Damme, directeur du Centre de recherche en éducation de l’OCDE.

Les ministres de l’Enseignement réagissent

La ministre francophone de l’Education, Caroline Désir (PS), n’entend nullement prolonger la fermeture des écoles jusque fin janvier, comme le suggère l’immunologue Hans-Willem Snoeck.

Entre-temps, le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts a indiqué qu’il préférerait que les écoles ouvrent le 4 janvier comme prévu. «Oui, les enfants peuvent être contaminés, nous communiquons d’ailleurs sur le sujet toutes les deux semaines (...) Les chiffres montrent cependant que les règles sont bien suivies, et le nombre de contaminations est relativement inférieur à celui relevé dans le reste de la société», a-t-il réagi.

«Cette question s’est polarisée», observe Marc Van Ranst. «Les enfants participent-ils à l’effet de pandémie ? Oui. Le font-ils plus que d’autres ? Non. Il y a aussi des contaminations au sein des familles, dans les entreprises... Nous pensons qu’il est socialement important que les écoles restent ouvertes».

Les vacances de Noël, «un reset»

Les vacances de Noël devraient offrir une accalmie, «un reset», selon le virologue. «Nous l’avons déjà constaté précédemment avec les rhumes qui circulent dans les écoles. Une semaine de coupure permet déjà de freiner la propagation, alors deux semaines de vacances ont un effet encore plus marqué».

«Mais tout dépend de ce que nous allons faire pendant ces vacances. Si nous participons à des fêtes clandestines ou si nous nous rassemblons nombreux autour de la dinde, nous ne tarderons pas à en subir les conséquences. Et certains plaideront alors pour une prolongation des vacances», ponctue Marc Van Ranst.

Sur le même sujet
NoëlUniversitéPS
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous