Accueil Monde Union européenne

Brexit: pour Ursula von der Leyen, combler les divergences entre le Royaume-Uni et l’UE sera «très difficile»

La présidente de la Commission européenne et Boris Johnson, le Premier ministre britannique, se sont entretenus par téléphone.

Temps de lecture: 2 min

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a estimé jeudi soir que «combler» les divergences entre Londres et l’UE dans la négociation post-Brexit serait «très difficile», à l’issue d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre britannique Boris Johnson.

«Avec Boris Johnson nous avons fait le point sur les négociations entre l’UE et le Royaume-Uni. Nous avons salué des progrès importants sur de nombreux sujets. Cependant de grosses divergences subsistent, en particulier sur la pêche. Les combler sera très difficile. Les négociations continueront demain», a tweeté la cheffe de l’exécutif européen.

Echec des négociations «probable» sans concession importante de l’UE, selon Londres

De son côté, le Royaume-Uni a averti qu’un échec des discussions commerciales post-Brexit avec l’Union européenne restait «très probable» sans concession importante de Bruxelles, jugeant notamment la position européenne sur la pêche «pas raisonnable».

«Le temps disponible est très bref et il semble désormais très probable qu’un accord ne puisse pas être atteint sans changement significatif de la position de l’UE», a indiqué un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson dans un communiqué, à l’issue d’un entretien de ce dernier avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par jourdain Claude, vendredi 18 décembre 2020, 11:19

    S'il y avait un "accord" ses ratifications ne pourraient pas être faites en temps utile...

  • Posté par ADAM Jean-Victor, vendredi 18 décembre 2020, 11:01

    Ursula devra se mettre à genoux (et même plus !) devant les anglais pour accéder aux eaux britanniques. Ils resteront inflexibles sur ce point (la souveraineté territoriale). "EU out of our waters."

  • Posté par PIERRE Philippe, vendredi 18 décembre 2020, 16:59

    Rien n'est moins sur, les Britanniques sont bien plus "à genoux" à propos de l'accès au marché européen.. En outre on ne parle pas des eaux territoriales, mais des zones dites "économique exclusives", ou ZEE.

  • Posté par PIERRE Philippe, vendredi 18 décembre 2020, 10:18

    Dans une négociation, l'issue dépend des besoins respectifs de chacune des parties à obtenir un accord.., et la réalité est cruelle pour nos amis britanniques, car ce sont bien eux qui en on le plus besoin, et à qui une absence d'accord ferait le plus mal. BJ joue le bluff, mais en réalité il est aux abois, et de toute manière, il devra forcément céder, au dernier moment. Toutes les négociations, lorsqu'elles sont tendues, se concluent dans les derniers instants, si on était parvenus à un accord en octobre, cela aurait juste signifié que l'une ou l'autre partie avait mal défendu ses positions, et aurait pu obtenir mieux. Dans ces situations, c'est le premier qui dit OK qui a perdu..., et ce sera celui qui est le plus demandeur; le Royaume Uni, et BJ le sait.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs