Accueil Monde Union européenne

Prix secret des vaccins publié sur Twitter: la Commission européenne rappelle la Belgique à l'ordre

Jeudi après-midi, la secrétaire d’État au Budget Eva De Bleeker (Open VLD) a publié sur Twitter un tableau détaillant les montants vaccin par vaccin… avant de le supprimer.

Temps de lecture: 2 min

La Commission européenne a réaffirmé vendredi la nécessité de préserver la confidentialité sur les prix des vaccins contre la Covid-19, « dans l’intérêt de tous », quelques heures après la divulgation par la secrétaire d’État belge Eva De Bleeker d’un tableau chiffré.

Cette confidentialité est contractuelle et « il y a de bonnes raisons à cela », a indiqué un porte-parole de la Commission.

« C’est dans l’intérêt des entreprises concernées, mais aussi de la Commission, des États membres et des citoyens. Car si cette information devait être publiée, cela affaiblirait notre position dans d’autres négociations, toujours en cours », a-t-il justifié.

La Commission dit comprendre la demande de transparence sur les contrats de pré-achats de vaccins, mais elle souligne que de tels contrats ne se feraient tout simplement pas sans clause de confidentialité. « Ces clauses garantissent justement que les vaccins seront livrés ».

Mme De Bleeker (Open Vld) avait brièvement publié sur Twitter jeudi après-midi, alors que les débats budgétaires s’éternisaient à la Chambre, un tableau reprenant le nombre et le prix des doses des différents vaccins préréservés par la Commission pour les États membres (AstraZeneca, Johnson & Johnson, Sanofi-GSK, BioNTech-Pfizer, CureVac et Moderna).

Elle avait ensuite reconnu avoir été trop loin dans la transparence, tout en assurant n’avoir rien mis en péril et en prévenant que ce tableau chiffré n’était ni définitif ni officiel.

Cette gaffe a toutefois permis à Mme De Bleeker d’apparaître dans la presse américaine. Le New York Times en a déduit que l’UE payait 12 euros par dose du vaccin BioNTech-Pfizer alors que le prix officiel est de 15,9 euros (19,5 dollars). Moderna facturerait la dose à l’UE 18 dollars (14,7 euros), alors qu’elle avait annoncé tabler sur une fourchette allant de 25 à 37 dollars (20,4 à 30,2 euros).

Le vice-Premier ministre Open Vld Vincent Van Quickenborne a volé au secours de Mme De Bleeker, en relevant sur Twitter que ces prix étaient donc inférieurs à ceux qui avaient circulé dans les médias ces derniers mois. « Donc : pourquoi tout ce bruit ? », a-t-il relativisé.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Glenisson Meulemans, samedi 19 décembre 2020, 14:42

    Ces vendus, tant au niveau européen que national devraient être balayés, ce sont de vrais parasites, qui prennent des décisions toutes plus calamiteuses les unes que les autres....

  • Posté par epictete epictete, vendredi 18 décembre 2020, 17:51

    Il est vrai que les autorités européennes, en particulier la commission, sont réputés incorruptibles à toutes pressions qu'elles proviennent des lobbies ou autres. Je pense aux OGM, au glyphosates, ou aux accords commerciaux (viandes sud américaines, ...) par exemple ...

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 18 décembre 2020, 17:40

    En plus de l'opacité sur les prix, on ne sait rien de ce qui a été signé et sur la procédure. C'est dans 10 ans qu'on va découvrir la vérité et bien entendu, à ce moment-là, personne ne sera coupable.

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 18 décembre 2020, 17:38

    Las arguments avancés me semblent sinon légers faux. De plus, les arguments contre ce manque de transparence me semblent bien plus nombreux. Favoritisme, corruption, discrimination, opacité qui ne peut que bénéficier aux sociétés pharmaceutiques. En plus, pourquoi ne pas alors permettre cela pour les masques, pour..... Bonjour à toutes les dérives.

  • Posté par Lefevre Lucette, vendredi 18 décembre 2020, 16:56

    Encore un effet de la "Twitter-politique"

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs