Accueil Opinions

Pascal Delwit: «Compliqué d’accorder les différentes sensibilités»

Pascal Delwit est professeur de sciences politiques à l’ULB. Selon lui, des mouvements comme Nuit Debout rencontrent des difficultés quand il s’agit de concilier les sensibilités de leurs membres pour un projet d’alternative.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 3 min

Nuit Debout arrive en Belgique. Avez-vous l’impression qu’après le mouvement Occupy Wall Street à New York et celui des Indignés à Madrid, l’occupation de l’espace public revêt désormais un caractère presque mythique ?

Il y a eu différentes expressions politiques de ce type dans l’histoire. Mais, depuis la crise financière de 2008, devenue ensuite économique et sociale, on assiste à une mise en cause de la politique institutionnelle, pour le dire de façon large. Ce fut le cas aux abords de Wall Street, à Madrid. Mais aussi au Québec contre l’augmentation du minerval étudiant ou en Angleterre contre le même type de mesure lors du premier mandat de David Cameron. Tous ces mouvements ont donné lieu à des appels à occuper l’espace public conjugué donc à une contestation des politiques institutionnelles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs