Accueil Opinions Éditos

Vaccins: la transparence malmenée

La secrétaire d’Etat au Budget dévoile les prix d’achat des vaccins. Pareille bourde, venant après la saga des masques ou d’autres épisodes, n’est pas de nature à renforcer la confiance.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

C’est une sorte de mantra, d’incantation, ou en tout cas une promesse dont on finira par croire, contraints et forcés, qu’elle n’engage décidément que celles et ceux qui y croient.

De quoi s’agit-il ? De la transparence, pardi ! De cette transparence dont on sait qu’elle sera absolument fondamentale pour obtenir l’adhésion de la population à la vaccination, de cette transparence dont on nous promet qu’elle sera totale, qu’il s’agisse tout autant de l’efficacité que de l’innocuité de ces précieuses substances développées en un temps record.

A priori, l’affaire dont on parle pourrait n’être que cocasse : une secrétaire d’Etat au Budget qui, voulant bien faire, dévoile les prix d’achat des doses de vaccins par un tweet, rapidement effacé. En prétextant ensuite, pour s’excuser d’avoir transgressé la confidentialité, que les chiffres « transparents » qu’elle a divulgués n’étaient en fait pas « officiels ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par Oscar Pascal , mercredi 23 décembre 2020, 20:04

    Pour toutes les transactions, surtout importantes, il y a toujours des clauses de confidentialités (toutes les centrales d'achats ont des clauses de confidentialités avec les fournisseurs). Il y a même des clauses de confidentialités dans des contrats de salariés. L'Europe en achetant pour les états membres était dans les faits une centrale d'achat bien plus puissante qu'un pays, comme un timbre poste par exemple. Les prix seront de facto plus favorables selon la puissance d'achats. En résumé, ce n'est pas d'une "bourde" qu'il faut parler mais bien d'une faute lourde (un acheteur d'une société de distribution dévoilerais des prix d'achats, c'est licenciement immédiat). Dans la majorité des pays, ne parlons pas des pays scandinaves (par exemple la Suède où une 1ère ministre a été contrainte de démissionner pour avoir acheter pour 1,5€ de bonbons avec une carte bancaire officielle), c'est une FAUTE LOURDE. Pour résumé, c'est en Belgique que cela est possible sans que cela ne fasse de vague. La crédibilité de la Belgique était déjà bien entachée avec des gestions calamiteuses, et ce n'est pas prêt de changer.

  • Posté par logist christian, lundi 21 décembre 2020, 0:15

    je dis bravo a la secrétaire d’Etat au budget Eva De Bleeker de nous avoir informé sur les prix des vaccins, le citoyen a le droit de savoir de quel manière il devra contribuer a ces vaccins , c'est la que l'on remarquera l'importance de ces firmes pharmaceutiques qui profitent du malheur dans ce monde pour s'enrichir maintenant la Multipharma va profiter pour augmenter ses prix alors que contrairement avant elle a signé un contrat d'accord d'un minimum de prix , tout cela est la faute du gouvernement qui a quelques années donné la possibilité aux firmes pharmaceutiques d'avoir un brevet qui lui permet de vendre des médicaments a des prix exorbitants plus rien n'est contrôlable dans ce pays il n y a que l'argent qui compte pour ses multi Nationales . C'est Copernic au pays de la santé la course aux milliards d'Euro , nous les citoyens nous ne connaissons toujours pas les effets secondaires de ce vaccins motus et bouche cousue ce seront nos ainés qui seront les cobays il est déjà dit que ce vaccin ne sera pas aussi efficace même si on nous l'injecte contre notre volonté il faudra toujours suivre les mesures sanitaires masque lavage des mains et mesure de distention un deuxième vaccin est prévu puisque le premier ne sera pas efficace a long terme , il faut que le gouvernement obtient des accords justes avec les différentes compagnies , un mème prix pour toutes les firmes il s'agit ici d'un virus exploité comme une arme de guerre venant de la Chine nous avons été bombardé par un virus épidémiologique mondiale , un peu comme il s'agissait d'un bombardement d'une arme nucléaire ,la force de l'invisible qui peut détruire un monde sans que l'on le vois , on se demande si la santé est devenue un réelle souci d'argent pour l'Europe qui c'est engouffré 28 Etats alors a quoi sert cette Europe si ce n'est que pour enrichir ceux qui sont a la tête de ce gouvernement et de ne pas se soucier des peuples qui ont du mal a vivre dans ces moments de crises est ce a nous de payer pour une erreur d'un pays communiste qui nous as bombardé le fruit de leur erreur de gestion d'un virus non contrôlé par un anti virus qui a laissé mourir celui qui connaissait l'existence du virus il pouvait enrayé la maladie. quand cette Europe comprendra qu'il faut ordonné a la Chine de payer les conséquence de leur erreur de la mortalité que a causé cette arme chimique dans le monde , la Chine doit se soumettre a son erreur c'est a elle qui revient de payer les firmes pharmaceutiques pour les vaccins de payer pour les morts et les personnes qui ont eu une atteinte profonde du Cvid19.

  • Posté par Patrick Yamedjeu, dimanche 20 décembre 2020, 18:17

    Faux débat. Si le soucis premier était la santé, on ne devrait pas parler de prix ici. Ce sont les fonds PUBLICS qui ont financés en grande partie la recherche de ces vaccins. Je ne vois pas en quoi la divulgation des prix serait une bourde.

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 20 décembre 2020, 11:50

    L'Europe a obtenu de meilleurs prix que les US. C'est surtout cela qui devait rester confidentiel. La transparence bonasse est à la mode (comme beaucoup d'autres nouveautés "bienpensantes" totalement idiotes), mais dans ce cas-ci, c'est une idiotie qui va nous coûter cher.

  • Posté par Z Hadrien, dimanche 20 décembre 2020, 10:21

    Au-delà de cette péripétie, l'Europe est, pour les firmes pharmaceutiques et grâce à sa sécurité sociale, une des régions du monde où les marges les plus élevées peuvent être obtenues sur la vente des médicaments et elles ne s'en privent pas. Un exemple, il suffit qu'une nouvelle indication soit trouvée pour un médicament existant par des médecins sans que ce soit le fruit d'une recherche de la part du propriétaire du brevet pour que le prix puisse être multiplié par trente voire davantage! Les clauses de confidentialité, particulièrement sur les prix, devraient être interdites dans l'UE. Je serais très surpris que ces entreprises abandonnent le marché européen. N'oublions pas que la recherche est le plus souvent financée par de l'argent public et que d'abondants subsides sont alloués pour ce secteur aux firmes elles-mêmes.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Édito Vie privée: le prix de la confiance

Le secrétaire d’Etat Mathieu Michel a ficelé la première étape de la révision de la loi « vie privée ». Il offre au Parlement une ultime chance de ne pas laisser la Belgique apparaître parmi les maillons faibles de la protection des données en Europe.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs