Accueil Opinions Chroniques

Lettre du Brexit: Le fantôme de David Cameron

L’ancien Premier ministre britannique fut à la base du référendum sur le Brexit. C’est à peu près le seul héritage politique qu’il a laissé. Et il n’est pas très glorieux…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

L’histoire, il me semble, a commencé au supermarché Sainsbury de Ladbroke Grove. Au milieu de la foule des clients de la grande surface, une silhouette était apparue poussant son chariot. Les yeux bleu clair, le regard nerveux, le teint pâle, impeccable, la chemise blanche sans cravate et le costume bleu sombre : pas de doute, il s’agissait de David Cameron. Flanqué d’un garde du corps et d’un vigile, il faisait ses courses dans ce bastion pro-européen de l’ouest londonien classieux. Les clients avaient décidé d’ignorer le principal responsable de la débâcle du Brexit. Nous nous étions retrouvés face à face devant l’étal des tomates. Il ne m’avait pas accordé un regard.

Auparavant, l’auteur de ces lignes avait pris un café avec l’une de ses sources au Holland Park Lawn Tennis Club voisin. Mon interlocuteur m’avait confié que les membres boycottaient l’ex-chef du gouvernement qui ne trouvait pas de partenaire. Aux dernières nouvelles, le pestiféré a quitté le club de tennis.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Delhez Marc, mercredi 23 décembre 2020, 9:44

    Le portrait que Marc Roche fait de David Cameron est assez proche de celui que je ferais de Marc Roche, un snob imbus de lui-même ! Et pour le pauvre David Cameron, je dirai qu'un homme politique qui ose faire un référendum sur un sujet aussi important a quand même un certain courage et le fait que le Brexit aura lieu est quand même une marque de respect des électeurs ! Dans le pays de Marc Roche, le donneur de leçons, on a fait un référendum sur le traité de Maastricht et on s'est empressé de ne pas respecter le résultat du scrutin.

  • Posté par Lucas Danièle, mercredi 23 décembre 2020, 13:44

    Je vous ferais remarquer que le pays de Marc Roche est la Belgique!!! Il n'a que très récemment obtenu la nationalié britannique... Par contre, ses critiques du parti Conservateur anglais, elles aussi, sont une ouveauté: quand le référendum a été annoncé, il était convaincu que, si la majorité votait en faveur, tout se passerait bien. SI il y avait quelques hoquets, au début, tout se mettrait rapidement en ordre... On voit maintenant le résultat!!! Et traiter David Cameron de courageux confine au comble du ridicule! Il n'a organisé ce référendum que parce qu'il avait la trouille que Nigel Farage lui vole ses électeurs, et ce 'grand courageux', qui avait promis de rester s'il perdait le référendum, s'est débiné fissa dès que le résultat a été connu!

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 23 décembre 2020, 12:12

    Votre analyse de Marc Roche est assez pertinente. Il ne peut pas écrire un article sans faire référence à sa propre personne... D'autre part, les hommes politiques actuels utilisent le référendum pour obtenir un satisfecit, absolument pas pour consulter la population ou lui donner voix au chapitre. Dans le cas de D. Cameron, il s'agissait avant toute chose de sauver son job ! Il n'y a aucun courage de sa part, seulement une ambition affolante et la certitude de pouvoir toujours gagner. Le vrai courage aurait-été de rester à la barre et de respecter le résultat d'un référendum... consultatif !

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, mercredi 23 décembre 2020, 10:18

    Pour info, le referendum sur le traité de Maastricht a débouché sur un "oui", à une faible majorité, mais sur un "oui". C'est celui sur le projet de Constitution européenne qui a donné lieu à un "non" en France. Et contrairement à ce que vous dites, ce résultat a été entériné puisqu'il a fallu négocier autre chose, sans doute d'ailleurs moins bon.

  • Posté par Coets Jean-jacques, mardi 22 décembre 2020, 22:57

    Les chroniques de Marc Roche sont, disons, "interesting" comme on le dit outre-Manche... C'est à dire digne d'une oreille distraite. Si Marc Roche pouvait éviter d'étaler sa culture comme d'aucuns leur confiture, ce serait mieux, beaucoup mieux. Davis Cameron est en descendance de Guillaume IV, qui n'a aucun lien de parenté avec Henry VIII, étant d'extraction allemande. Cette descendance, réelle, se poursuit via une maitresse de Guillaume IV qui lui donna dix enfants, dont Lady Erroll. Cette dame était l'arrière-grand-mère de David Cameron, dire que lui et la reine Elisabeth seraient des petits-cousins est assez osé. On peut estimer qu'ils sont cousins à la 4e génération, guère plus !

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs