Urban.brussels: l’appel à projets 2021 est lancé

Urban.brussels: l’appel à projets 2021 est lancé
Stijn Bollaert.

Urban.brussels vient de lancer son appel à projets 2021 à destination des associations qui proposeraient tout projet et initiative concourant à la sensibilisation du public et à l’émulation du secteur, que ce soit pour l’architecture contemporaine, le patrimoine culturel ou l’aménagement urbain.

La sélection des dossiers permettra à plusieurs projets de bénéficier d’une subvention publique destinée à couvrir tout ou partie de la proposition.

Le calendrier 2021 a également été établi. On apprend ainsi que l’introduction des dossiers au moyen du formulaire ad hoc peut se faire jusqu’au 12 février inclus. En mars, il sera procédé à la sélection des dossiers retenus. La tâche incombera à un jury composé de représentants des cabinets du ministre-président Rudi Vervoort et du secrétaire d’État en charge de l’Urbanisme et du Patrimoine Pascal Smet, des différentes directions d’Urban et d’experts externes. Avril sera dédié à l’adoption des arrêtés de subvention par le gouvernement et à la notification officielle aux bénéficiaires.

Par ailleurs, Urban.brussels communique être à la recherche d’un(e) illustrateur(trice) pour encadrer la campagne promotionnelle de l’édition 2021 des Journées du patrimoine. A bon entendeur…

Sur le même sujet
ArchitectureUrbanisme
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20180418-3LQ8FE 2020-11-18 16_16_18

    Par Cécile Danjou

    Immo

    Comment les prix de l’immobilier vont-ils évoluer en 2021?

  • Le Bois-du-Luc s’apprête à retrouver une seconde jeunesse.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Rajeunir une cité minière

  • Voilà à quoi ressembleront vos recherches sur la plateforme de Batibouw pendant les heures d’ouverture du salon. Un assistant vous aidera à vous y retrouver...

    Un salon Batibouw qui fera date

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. euronumeriqueweb

    Union européenne: pourquoi la BCE pourrait émettre un euro numérique

  2. Le Parlement flamand a mis Staf De Clercq, collaborateur notoire, dans sa galerie d’honneur de quatorze personnalités «ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand»...

    Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

  3. Le président Félix Tshisekedi a désormais récupéré l’essentiel du pouvoir en se servant avant tout de l’outil judiciaire et de ruses politiques que le défunt Mobutu n’aurait pas désavoués.

    RD Congo: le Premier ministre Ilunga Ilunkamba est destitué par l’Assemblée

La chronique
  • Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

    Ah les journalistes, quels emmerdeurs… Toujours à fourrer leur nez partout ! Ils n’ont pas mieux à faire que de scruter chaque photo d’une brochure commémorative du Parlement flamand ? Ou de cacher des caméras en face de la porte d’entrée d’un restaurant étoilé anversois ? Franchement…

    Eh bien non, ils n’ont pas mieux à faire et cela fait même partie de ce qu’ils font de mieux. Les semaines récentes en ont fourni deux exemples. Le premier a défrayé la chronique, jusque dans les colonnes du journal Le Monde en France. Le Parlement flamand célèbre cette année ses 50 ans et a pour l’occasion commandité une édition spéciale du magazine Newsweek dans lequel figuraient, dans une galerie d’honneur de quatorze personnalités « ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand », les photos de deux collaborateurs notoires. Staf De Clercq et August Borms sont même ce qu’on fait de « mieux » dans le genre. Activiste durant la Première Guerre mondiale, August Borms a (re)collaboré pendant la Deuxième et fut fusillé en 1946. Staf De...

    Lire la suite

  • Le risque d’effondrement intérieur et le souvenir des petits bonheurs

    Le moment est très critique. Pas une fois ces derniers jours, nos interlocuteurs n’ont fait semblant. A la question « comment va ? », la réponse fuse : « on en a assez », « je n’en peux plus ».

    La population, même celle qui a son quatre-façades avec jardin, même celle qui ne doit pas gérer des jeunes aux idées dangereusement noires, est saturée. On touche à l’évidence aux limites de ce qui est supportable. Et si l’on peut saluer l’absence de mouvements violents...

    Lire la suite