Acheter une maison: le top 10 des communes les plus chères en Wallonie

Acheter une maison: le top 10 des communes les plus chères en Wallonie

Le prix médian de tous les types de logements (maison 2/3 façades, villa ou appartement) était toujours en hausse au 3e trimestre 2020 partout en Belgique, selon les dernières données en la matière publiées par Statbel.

A l’échelle du pays, le prix médian pour une maison de 2 ou 3 façades était de 220.000 euros au 3e trimestre, soit 2,3% de plus que l’an dernier à la même époque (215.000). Celui d’une villa quatre façades était de 5% plus élevé, à 315.000 euros et la hausse était identique (5,1%) pour les appartements, avec un prix médian en 2020 de 205.000 euros.

Le prix médian d’une maison explose à Bruxelles

La Région wallonne restait la moins chère en moyenne, avec des prix médians respectivement de 155.500 (2/3), 251.000 (villa) et 155.000 (appartement), suivie de la Flandre (205.000, 343.000 et 207.000 euros). Les prix ont globalement plus augmenté au nord qu’au sud du pays sur l’année écoulée. Mais c’est à Bruxelles qu’ils ont explosé: la hausse sur un an du prix médian pour une maison de quatre façades y a été de 45,2% pour passer à 1.220.000. Les hausses pour les maisons 2/3 façades (+4,9% à 435.500 euros) et les appartements (+7%, à 230.000 euros) sont également importantes.

Au niveau des provinces, c’est dans celles des Brabants qu’il est le plus onéreux de devenir propriétaire.

Encore plus localement, et uniquement pour les maisons, la commune de Knokke-Heist était la plus chère pour se loger en Flandre, celle de Lasne tenait la palme en Wallonie, et Ixelles en Région bruxelloise. A l’autre bout de l’échelle, Renaix, Hastière et Anderlecht étaient les communes flamande, wallonne et bruxelloise où les achats de maisons étaient les moins douloureux pour le portefeuille.

Le top 10 des communes en Wallonie (vente de maisons)

1. Lasne (prix médian : 550.000 €)

2. Grez-Doiceau (495.500 €)

3. Waterloo (430.000 €)

4. La Hulpe (430.000 €)

5. Rixensart (415.000 €)

6. Chaumont-Gistoux (395.000 €)

7. Court-Saint-Etienne (375.000 €)

8. Messancy (372.000 €)

9. Wavre (360.500 €)

10. Ottignies-Louvain-La-Neuve (355.000 €)

Chaque jeudi, retrouvez le supplément IMMO avec votre journal « Le Soir ». Pas encore abonné(e) ? Rendez-vous sur www.lesoir.be/abonnement et profitez de la formule qui vous convient.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-PALESTINIAN-GAZA-ISRAEL-CONFLICT

    De l’esplanade des Mosquées à Gaza, l’escalade de la violence

  2. La juge d’instruction Sabine Khéris lors d’une reconstitution.

    Ces femmes qui ont acculé Michel Fourniret aux aveux

  3. Daumants Liepins: un jeu fluide et nuancé.

    Reine Elisabeth: la force tranquille de Daumants Liepins

La chronique
  • Au-delà de la tribune des militaires, le néofascisme dans le texte

    Entre 1965 et 1976, j’ai, en tant que journaliste grand reporter (qualificatif ridicule, soit dit en passant), couvert tous les coups d’Etat militaires qui, de la Grèce au Chili, du Brésil à l’Argentine, en passant par le Cambodge (et préalablement par l’Indonésie), portèrent au pouvoir des dictateurs galonnés.

    Dans tous les cas, c’est l’activisme d’une certaine ultra-gauche qui, en affaiblissant le camp démocrate, en l’isolant de sa base populaire et en servant d’alibi aux militaires d’extrême droite fit le jeu de ces juntes fascisantes.

    Or, à quoi assiste-t-on ces jours-ci en France ? A une sorte de remake caricatural, à la fois lamentable et ridicule, de ces tragiques événements : des gradés militaires extrémistes, généraux à la retraite compris, qui, arguant du « délitement généralisé », selon eux, de la situation sécuritaire et des excès de l’extrême gauche, évoquent l’éventuelle nécessité d’une intervention de l’armée d’active pour éviter une guerre civile dont ils précisent qu’elle ferait des milliers de morts....

    Lire la suite

  • Un coronapass européen et que ça saute! C’est pas gagné...

    Dans une Union européenne où tout projet concret prend un temps fou, voilà qu’il est question de mettre au point pour l’été un pass permettant aux Européens de voyager d’un pays à l’autre. Et nous sommes… le 11 mai.

    Voilà donc qu’en quelques semaines, l’Union serait capable de définir les conditions d’octroi, de trancher sur la gratuité des tests, de cadrer le cas « Spoutnik », d’organiser la circulation des données et de mettre le document (digital et papier) en place ? Le tout dans...

    Lire la suite