Accueil Grands formats

Gand, où Van Eyck assembla le puzzle de «L’Agneau mystique»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Certes, le papa, Clais Vijd, avait dû disparaître des hautes sphères de l’administration ducale, mais son commerce de tourbe et ses digues continuaient à générer des torrents d’argent. Il l’investit entre autres dans des propriétés gantoises qui se trouvaient presque toutes dans le quartier autour de l’église Saint-Jean – qui ne prendrait le nom de Cathédrale Saint-Bavon qu’en 1559. Partons errer dans ces rues où le peintre et le milliardaire ont dû se croiser plus d’une fois.

Notre excursion gantoise démarre au 12 du Kortedagsteeg, plus précisément dans la boutique d’un designer scandinave. Le chaland ingénu entre en fait ici dans une chapelle qui apparaît pour la première fois dans les archives en 1372. Le bâtiment appartenait à l’église des tisserands de laine, une sorte de foyer d’accueil pour les tisserands âgés ou malades. Regardez la voûte en berceau, admirez les consoles sculptées en silhouettes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Grands formats

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs