Accueil Société

Comment parler du covid sans s'énerver lors du réveillon

« Le masque ne sert à rien », « la Suède a bien mieux géré la crise », « l’hydroxychloroquine aurait pu sauver des vies ». Le Soir vous a concocté un petit guide pour apporter des réponses factuelles à ces affirmations farfelues.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 21 min

On n’a jamais été aussi proche de Noël. Et même s’il y aura moins de monde autour de la dinde qu’à l’accoutumée, on imagine que la plupart de nos lecteurs se retrouveront au moins « en foyer », autour d’un bon et long repas. Avec un invité surprise qui risque de pimenter les discussions : ce satané covid.

Le Soir s’est inspiré de commentaires lus et/ou reçus durant la crise pour imaginer cinq réflexions – souvent caricaturales — que vous pourriez entendre en réveillonnant. Et vous fournit des éléments de réponse factuels pour briller à table (ou par Skype avec tonton et tata qu’on n’a pas pu inviter cette année).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Lefèvre Philippe, jeudi 24 décembre 2020, 17:30

    Le passage concernant la Suède m'a fait penser à toutes les personnes touchées non pas par la maladie, mais par le remède proposé par les autres pays. Parmi celles-ci, un ami dessinateur de bédé, empêtré dans des problèmes financiers suite à son divorce, qui s'est tiré une balle dans la tête. Le huissier était annoncé alors que son revenu principal était lié aux salons et foires, tous supprimés cette année. La deuxième personne, une collègue qui se bat avec une tumeur diagnostiquée tardivement. Les mesures anti-covid sont une bombe à retardement dont on ne connaît pas encore la dangerosité.

  • Posté par Moran Alvarez Marc, jeudi 24 décembre 2020, 16:02

    Très bon article, et en espérant que tous ces "complotistes" qui nous enquiquinent le liront, mais cela m'étonnerait beaucoup ...

  • Posté par Lilien Raymond, jeudi 24 décembre 2020, 15:52

    Aie Aie Aie ! Parler du covid en groupe, c'est pire que de parler religion ou politique, les sujets toujours déconseillés pour la bonne entente (soit dit en passant, les groupes sont interdits, non ?). Entre les pro-Raoult, les anti-vaccins, et les supporters de Trump pour qui cette "grosse grippe" est un complot chinois (ou pharmaceutique, etc.), c'est la grande bagarre annoncée, et ce ne sont pas les arguments rationnels qui vont y changer quelque chose. De belles querelles de famille en perspective...

  • Posté par Chevalier , jeudi 24 décembre 2020, 14:26

    Je ne sais pas si on a bien géré la crise en Belgique ou pas. mais ce qui est certain, c'est qu'on n'a pas suffisamment tenu compte des jeunes. On les accuse de tous les maux, de ne pas respecter leurs ainés, de ne pas respecter les règles. Mais pour beaucoup, on fout leur avenir en l'air. Beaucoup ont perdu toute envie d'étudier, sont en décrochage complet. Leur avenir est compromis. Il y des ados qui vivent vautrés sur leur lit depuis le mois de mars quasi sans contact. C'est inhumain. C'est un gâchis bien pire que les 10 0000 morts des maisons de repos. Il serait grand temps qu'on prenne à bras le corps la situation des jeunes. Infiniment plus préoccupante que celle de cette dame de 102 ans qui va bénéficier du premier vaccin.

  • Posté par lamand olivier, jeudi 24 décembre 2020, 20:43

    J aurais 18 ans aujourd hui je ferais la fête comme eux, je ne peux pas les blâmer, c est dans leur adn.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs