Accueil Iles de paix

Thomas Charmont : «Opposer un légume industriel au produit local d’un agriculteur bio»

Thomas Charmont est le créateur de « Combat de Carottes ».

Entretien - Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Thomas Charmont, le créateur de Combat de Carottes , vit à Paris. Ses héros de jeunesse s’appelaient Sangoku, Yoh Asakura ou Kenshin mais aussi Astérix, Garfield ou Léonard. Il a appris la bande dessinée en autodidacte, avant d’étudier le design graphique et de créer sa première œuvre sur le tas, chez Webtoon Factory, Gigayears Robot . C’est l’histoire d’un robot immortel qui cherche à mettre fin à ses jours. La saison 1 est disponible sur Webtoon Factory et la saison 2 devrait suivre dans le courant de l’année 2021.

Qu’est-ce qui vous a inspiré dans ce projet de webtoon autour de l’action des Iles de Paix ?

Comme beaucoup, j’imagine, je me pose de plus en plus de questions sur ma manière de consommer : quand manger quoi ? Auprès de qui acheter ? Quels sont les impacts sociétaux, environnementaux ou sur la santé ? Pouvoir aborder l’une de ces problématiques, via le webtoon, était une opportunité que je n’aurais pas voulu laisser passer.

Comment est née cette idée de transposer le combat pour une agriculture durable sur un ring de boxe ?

J’ai essayé de me renseigner au maximum sur les différents types d’agriculture et les moyens d’y avoir accès, mais je suis loin d’en maîtriser tous les tenants et les aboutissants. Alors, plutôt que de m’aventurer sur un terrain que je ne connaissais pas suffisamment, j’ai préféré envisager cela de la manière la plus simple qui soit : opposer un légume industriel au produit local d’un agriculteur bio. Le bio, c’est loin d’être une finalité, il y en a du bon et du moins bon, mais il me semblait que c’était une bonne porte d’entrée. Pour imager cette opposition, j’ai opté pour l’anthropomorphisme car c’est un bon moyen, pour le lecteur, de s’identifier. Et puis, comme dit l’expression, « on est ce qu’on mange ». De là est née l’idée d’un combat de boxe de carottes !

La réalisation d’un webtoon obéit à un processus complexe ?

Si je devais dégager une difficulté, ce serait la verticalité de la lecture, qui restreint parfois certaines idées de cadrage. Et en même temps, cette verticalité amène des possibilités qui n’existent pas en BD classique ! Dans l’ensemble, je ne vois pas vraiment les caractéristiques du webtoon comme des difficultés, mais plutôt comme une manière différente d’envisager la narration. C’est de la BD avant tout, mais le lien avec le jeu vidéo et l’animation me semble cohérent. Si on dessine une image, puis qu’on la reprend en ne modifiant qu’un élément de celle-ci, on se rapproche de l’animation. Et on peut voir dans la manière dont le lecteur devient « maître<» du rythme narratif, une certaine parenté avec le jeu vidéo. En BD, le lecteur est contraint de voir l’ensemble des cases d’une double page alors que dans le webtoon, il détermine lui-même la vitesse à laquelle il va prendre connaissance de l’enchaînement des cases.

Les webtoons coréens sont principalement des romances. Peut-on aborder tous les genres, tous les styles chez Webtoon Factory ?

Il suffit de regarder le catalogue de Webtoon Factory pour s’en convaincre. On peut y lire des histoires d’horreur (Rupture), des séries militantes (Satanisme & écoresponsabilité), satiriques (L’impossible Donald), sérieuses (Louise) ou totalement décalées (Whishlist). L’initiative d’Île de Paix et du Soir de faire travailler des auteurs de webtoons sur un sujet aussi important que notre façon de cultiver et de consommer est un bon exemple de cette adaptabilité du format webtoon à une grande variété de propos ! Le format de la série, propre au webtoon, a aussi ceci d’intéressant, qu’il offre une lecture plus fluide en termes de temps d’attente.

Les auteurs de webtoons rêvent-ils de voir, un jour, leurs créations publiées en albums ?

Je pense que c’est un exercice assez difficile car il faut totalement repenser la succession des cases, un simple copier-coller à l’horizontal ne suffisant évidemment pas à retranscrire le rythme tel qu’il a été pensé en vertical. Je ne suis donc pas sûr que cela ait véritablement de sens. Pour autant, et c’est paradoxal, je serais le premier à être heureux de tenir entre mes mains une adaptation papier de mon webtoon !

Est-il possible de faire carrière dans le webtoon ?

Je ne peux parler que de mon expérience personnelle mais, oui, j’arrive à vivre de la création de mon webtoon. Cela demande cependant de ne pas compter ses heures et d’être prêt à travailler jusqu’à très tard le soir ou de ne pas avoir de jours off les week-ends. Une jeune communauté des auteurs de webtoons se développe. Etant donné que c’est un format récent, peut-être encore un peu méconnu, il y a une solidarité et une émulation fortes. Si on peut se donner des conseils ou demander l’avis des autres, on est très content de le faire !

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Iles de paix

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs