Construction: un carnet de commandes à soutenir

Construction: un carnet de commandes à soutenir
D.R.

Bien que la construction, déjà confrontée à une baisse de son chiffre d’affaires en raison de la faiblesse de la demande, de problèmes d’approvisionnement et de liquidités ainsi que des difficultés à appliquer les règles de distanciation sociale, se soit très partiellement redressée après le premier confinement, le second, entré en vigueur début novembre, risque d’accentuer la situation critique dans laquelle le secteur se trouve.

C’est pourquoi la Commission consultative spéciale (CCS) « Construction » du Conseil central de l’Economie passe au crible dans un rapport l’évolution de l’impact économique de la pandémie de coronavirus et plus particulièrement du deuxième confinement sur le chiffre d’affaires, l’emploi, les intentions d’investissement et les risques de faillite dans le secteur de la construction. On y apprend en substance que le secteur, qui fait face à des risques de faillite élevés, sera plus que jamais confronté à de nombreux défis en raison du coronavirus. La faiblesse de la demande est devenue le principal motif de perte d’activité. La crainte du secteur est que ces prévisions à la baisse de la demande se poursuivent et que les nouvelles commandes continuent à être trop peu nombreuses.

Cela pourrait entraîner une chute brutale de l’activité pendant un certain temps. Ces constats indiquent qu’il sera nécessaire d’agir rapidement afin de maintenir à niveau les carnets de commandes futurs.

Retrouvez toutes les tendances du marché de l’immobilier sur www.lesoirimmo.be

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20180418-3LQ8FE 2020-11-18 16_16_18

    Par Cécile Danjou

    Immo

    Comment les prix de l’immobilier vont-ils évoluer en 2021?

  • Le Bois-du-Luc s’apprête à retrouver une seconde jeunesse.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Rajeunir une cité minière

  • Voilà à quoi ressembleront vos recherches sur la plateforme de Batibouw pendant les heures d’ouverture du salon. Un assistant vous aidera à vous y retrouver...

    Un salon Batibouw qui fera date

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. euronumeriqueweb

    Union européenne: pourquoi la BCE pourrait émettre un euro numérique

  2. Le Parlement flamand a mis Staf De Clercq, collaborateur notoire, dans sa galerie d’honneur de quatorze personnalités «ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand»...

    Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

  3. Le président Félix Tshisekedi a désormais récupéré l’essentiel du pouvoir en se servant avant tout de l’outil judiciaire et de ruses politiques que le défunt Mobutu n’aurait pas désavoués.

    RD Congo: le Premier ministre Ilunga Ilunkamba est destitué par l’Assemblée

La chronique
  • Visa pour la Flandre: journalistes de caniveau…

    Ah les journalistes, quels emmerdeurs… Toujours à fourrer leur nez partout ! Ils n’ont pas mieux à faire que de scruter chaque photo d’une brochure commémorative du Parlement flamand ? Ou de cacher des caméras en face de la porte d’entrée d’un restaurant étoilé anversois ? Franchement…

    Eh bien non, ils n’ont pas mieux à faire et cela fait même partie de ce qu’ils font de mieux. Les semaines récentes en ont fourni deux exemples. Le premier a défrayé la chronique, jusque dans les colonnes du journal Le Monde en France. Le Parlement flamand célèbre cette année ses 50 ans et a pour l’occasion commandité une édition spéciale du magazine Newsweek dans lequel figuraient, dans une galerie d’honneur de quatorze personnalités « ayant contribué à l’émancipation et la langue du peuple flamand », les photos de deux collaborateurs notoires. Staf De Clercq et August Borms sont même ce qu’on fait de « mieux » dans le genre. Activiste durant la Première Guerre mondiale, August Borms a (re)collaboré pendant la Deuxième et fut fusillé en 1946. Staf De...

    Lire la suite

  • Le risque d’effondrement intérieur et le souvenir des petits bonheurs

    Le moment est très critique. Pas une fois ces derniers jours, nos interlocuteurs n’ont fait semblant. A la question « comment va ? », la réponse fuse : « on en a assez », « je n’en peux plus ».

    La population, même celle qui a son quatre-façades avec jardin, même celle qui ne doit pas gérer des jeunes aux idées dangereusement noires, est saturée. On touche à l’évidence aux limites de ce qui est supportable. Et si l’on peut saluer l’absence de mouvements violents...

    Lire la suite