Accueil Culture

Punk rock et suprémacisme blanc au Bifff

« Green room » était à l’affiche du Bifff ce mercredi. Le réalisateur Jeremy Saulnier confirme sa réputation naissante. Les « affaires » inspirent aussi le cinéma de genre. Le festival du film fantastique de Bruxelles se termine dimanche.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 3 min

Par les temps qui courent, il ne fait pas bon jouer dans un groupe punk. Même un qui s’appelle The Ain’t Rights, apprend-on au Bifff. Au bout d’une tournée calamiteuse qui lui a rapporté que dalle si ce n’est un peu d’essence siphonnée sur des parkings, le quatuor finit en effet par décrocher une dernière date dans la salle des fêtes des skinheads du coin. Alors oui, balancer un morceau qui dégomme du nazi à toutes les phrases, c’est très courageux quand la déco est faite d’insignes du IIIe Reich et de ces gentils suprémacistes blancs. Mais après, aller rechercher dans la loge un gsm oublié et découvrir un corps au crâne percé d’un cran d’arrêt, c’est un cas d’école du « mauvais endroit au mauvais moment » ! Les skins prennent peur et séquestrent nos émules de Dead Kennedys, en attendant l’arrivée du patron qui va s’occuper, disons, du « nettoyage ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs