Accueil Scènes

«La bombe humaine»: bienvenue dans l’anthropocène!

Nous savons tous. Ce qui manque, c’est le courage d’en tirer les conclusions. Au Théâtre national, Vincent Hennebicq et Eline Schumacher auscultent nos paradoxes face à la catastrophe annoncée.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

A u départ, je voulais faire un spectacle sur les zombies  », se fend Vincent Hennebicq sur le grand plateau du Théâtre national lors d’un premier filage de La Bombe humaine . Lui qui a toujours été fasciné par les films apocalyptiques, les histoires de fin du monde, y voyait la forme idéale de cristallisation de nos peurs. «  Et puis, je suis devenu papa  », confesse l’auteur, metteur en scène et comédien, en cette après-midi pluvieuse de décembre. Tout à coup, la fin de l’humanité ne lui apparaissait plus comme un fantasme de science-fiction mais comme une réalité franchement angoissante.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs