Bruxelles: l’immeuble «The First» change de mains, transaction record pour Eaglestone

Bruxelles: l’immeuble «The First» change de mains, transaction record pour Eaglestone
DR

Le montant n’a pas été communiqué mais Eaglestone annonce qu’il s’agit là de la vente la plus importante jamais réalisée par le groupe.The First, c’est le nom donné à un bâtiment de bureaux de 10.000 m2 en plein cœur du quartier européen à Bruxelles acquis en 2017 par le promoteur dans le but de le redévelopper en immeuble « prime ». L’immeuble est actuellement occupé par le Conseil d’Etat et le groupe américain Verizon Communications. En juin 2020, Eaglestone a signé un bail important pour une occupation de 15 ans avec le bureau d’avocats américain « White & Case » qui occupera une surface approximative de 4.500 m², soit près de la moitié du volume total du bâtiment. Grâce à cette signature, « The First » est loué à 70 % puisque Verizon s’est également engagé à prolonger son occupation pour une durée de 6 ans minimum. À ce jour, il ne reste plus que deux surfaces disponibles sur les 7 étages que comptera l’immeuble.

Union Investment va à présent financer la construction du projet, lequel continuera à être développé et livré par Eaglestone. Dans le jargon, cette manœuvre porte le nom de « forward funding ». La réception est prévue pour mars 2023.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Bois-du-Luc s’apprête à retrouver une seconde jeunesse.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Rajeunir une cité minière

  • Voilà à quoi ressembleront vos recherches sur la plateforme de Batibouw pendant les heures d’ouverture du salon. Un assistant vous aidera à vous y retrouver...

    Un salon Batibouw qui fera date

  • Le logement étudiant intéresse beaucoup les petits investisseurs qui cherchent à miser leurs premiers deniers dans le secteur immobilier.

    Le logement étudiant, un «produit» toujours très attractif

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pascal Soriot, PDG d’AstraZeneca: «Suggérer que nous vendons à d’autres pays pour gagner plus d’argent n’est pas juste parce que nous ne faisons de profit nulle part.»

    Le PDG d’AstraZeneca : «Nous avons deux mois de retard par rapport à ce que nous voulions»

  2. Le professeur Yvon Englert affirme avoir ressenti «disponibilité et volontarisme» lors de ses contacts avec les cercles provinciaux de médecine générale.

    La campagne de vaccination quadrillera le territoire

  3. Kevin McCarthy, le leader de la minorité républicaine à la Chambre - ici, à la cérémonie d’investiture de Joe Biden -, navigue à vue entre les différents courants qui déchirent le parti.

    Etats-Unis: c’est l’heure des déchirements dans le camp républicain

La chronique
  • #haine cherche #paix

    C’est juste le type le plus célèbre du monde qui se fait éjecter comme un malpropre. Interdit de boîte de nuit par le videur. Viré du cours et envoyé chez la directrice. Eliminé parce qu’il a triché au Monopoly. Out. Exit. Sans appel.

    Ni son pouvoir, ni son pognon, ni son statut de chef d’Etat n’y pourront rien changer : le 9 janvier, Twitter suspend définitivement le compte de l’ex-président des États-Unis. « Après avoir examiné de près les récents tweets du compte Donald Trump et le contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence », annonce le réseau social, faisant allusion à la prise d’assaut du Capitole, le 6 janvier, par les supporters d’un Donald Trump soufflant sur les braises depuis sa monumentale forteresse du Déni.

    A quel moment les réseaux sociaux, cette chaleureuse petite invention qui nous promettait des milliers d’amis, ont-ils sombré du mauvais côté de la Force ? Quand sont-ils devenus cette jungle de cyberhaine où on informe...

    Lire la suite

  • Et soudain le vaccin devint le «précieux», le nouvel or du monde

    La Belgique met en place sa stratégie de vaccination, et nos interrogations restent très nombreuses : jours de vaccination, recrutement de personnel, etc. L’opposition a raison de continuer à examiner, interroger, réclamer afin d’améliorer le processus, et cela d’autant que les responsables disposent désormais de temps pour perfectionner les procédures imaginées. C’est même là que réside notre problème principal : ce n’est pas – on aurait envie de dire « hélas » – à ce stade le circuit de vaccination qui « bugge...

    Lire la suite