Accueil Monde Union européenne

Brexit: petit guide de voyage de et vers la Grande-Bretagne

Après le départ du Royaume-Uni du marché unique, effectif ce vendredi, les relations entre les Britanniques et l’UE sont désormais régies par l’accord de partenariat économique et commercial post-Brexit.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Visiter un ex-pays de l’Union européenne le rendra-t-il plus « exotique » pour les touristes, voyageurs curieux ou d’affaires ? Plus complexe ? Plus lourd administrativement ? Réponse à quelques questions.

Visa ou passeport ?

On pourra continuer à voyager au Royaume-Uni (UK) avec une carte d’identité de l’Union européenne (EU) jusqu’au 30 septembre 2021. Après cette date, il faudra un passeport. Les citoyens européens sont dispensés de visa pour les séjours en Grande-Bretagne n’excédant pas 90 jours pendant une période de 180 jours. Il n’est pas dit que l’absence de visa est garantie à plus long terme.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par LAUWERS, vendredi 1 janvier 2021, 23:27

    Plus simple. Ne plus y aller.

  • Posté par Jones William, vendredi 1 janvier 2021, 21:20

    Qui n'a pas de passeport ? Les gens qui limitent leurs déplacements aux pays de l'UE.

  • Posté par Jones William, vendredi 1 janvier 2021, 19:03

    Passeport à partir du 01-10 : le prix de votre city-trip à Londres va augmenter de 80 à 120 EUR !

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 1 janvier 2021, 19:44

    ? Mais qui n'a pas de passeport ? j'en ai toujours eu depuis 50 ans...et j'irai encore au Royaume-Uni.

Aussi en Union Européenne

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs