Accueil Culture Livres

Caroline De Mulder: «La violence féminine reste un sujet tabou»

Un gang de zonardes, quelque part. Bambi, quasi 16 ans, est leur cheffe. Elles soutirent du blé à de vieux aisés captés sur les réseaux de sugardating. Avec violence parce qu’elles n’ont pas appris d’autres moyens pour exister.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 5 min

M anger Bambi est un roman violent, âpre, amer, frénétique, bouleversant, dur. Quelquefois drôle, mais d’un rire qui rentre dans la gorge, qui étouffe. Hilda va fêter ses 16 ans bientôt. Sa mère l’appelle Dada, elle est la seule à pouvoir le faire. Ses potes la nomment Bambi. Et c’est vrai qu’elle est jolie comme le faon de Disney, avec des yeux énormes. Mais sans aucune faiblesse. Bambi est une dure, une fille de la zone, une qui regarde le monde d’un œil froid.

Avec son gang, Leïla et Louna, elle arnaque les vieux. Elle les séduit, puis elle brandit son flingue, car elle en a un, reçu de son père avant qu’il ne s’en aille pour ne plus jamais revenir. Elle leur fait peur, les bat, les fait souffrir. Le trio s’arrache après avoir embarqué l’oseille, les fringues, les bijoux. Ça fait monter l’adrénaline, ça les booste, elles kiffent, le gun donne à Bambi l’impression d’être une femme puissante.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs